Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Améliorer la nanosécurité par la recherche

La nanotechnologie devrait constituer l'un des principaux moteurs technologiques pour faire de l'UE une véritable union de l'innovation. De l'amélioration de produits cosmétiques et de tissus à la conservation prolongée des aliments, le potentiel des nanoproduits est immense. ...
Améliorer la nanosécurité par la recherche
La nanotechnologie devrait constituer l'un des principaux moteurs technologiques pour faire de l'UE une véritable union de l'innovation. De l'amélioration de produits cosmétiques et de tissus à la conservation prolongée des aliments, le potentiel des nanoproduits est immense.

Toutefois, en dépit des nombreux avantages, les applications de nanomatériaux d'ingénierie et de nanotechnologie comportent leur lot d'inquiétudes, notamment en ce qui concerne leurs effets sur la santé humaine et sur l'environnement, ainsi que leur innocuité. Dans le passé, les études systématiques sur les dangers ou l'exposition aux nanomatériaux d'ingénierie faisaient cruellement défaut, mais ces dernières années, la communauté de la recherche européenne oeuvre à remédier à cette situation. Près de 50 projets des 6e et 7e PC représentant un investissement total de 137 millions d'euros et portant sur la nanotechnologie et la gestion de la sécurité dans ce domaine sont en cours ou sont terminés.

NANOFORCE, l'un de ces projets se concentrant plus particulièrement sur la nanotechnologie dans l'industrie chimique, a récemment annoncé les résultats de ses tests réalisés dans des laboratoires en Italie, en Slovénie et en Pologne. Ces laboratoires étudiaient la toxicité des nanoparticules dans différents produits.

Veneto Nanotech, en Italie, a examiné les facteurs de risque associés aux nanoparticules que l'on retrouve dans de nombreux produits antibactériens. Les tests ont montré que le risque d'exposition lors de l'application d'un vernis est faible, notamment si l'on utilise une brosse. Mais dans le cas d'un produit de nettoyage en poudre utilisé en intérieur, le risque était plus important. Parallèlement, des collègues de l'université de Nova Gorica en Slovénie ont exploré la toxicité de l'eau contenant des nanoparticules dérivées des peintures. Les résultats ont indiqué que la pluie ou le lavage libérait moins de nanoparticules contenues dans les peintures que l'immersion. Les partenaires polonais de l'institut de physique des hautes pressions (IHPP, en Pologne) ont étudié simultanément la toxicité de la nanopoudre synthétisée d'oxyde de zinc (ZnO). Grâce à leurs expériences, l'équipe a constaté que les simples tests dans lesquels des nanoparticules étaient ajoutées dans un milieu ne permettaient pas d'établir de conclusions sur la toxicité de ces nanoparticules.

Dans l'objectif de relier les connaissances scientifiques et le monde des affaires en Europe centrale, NANOFORCE a adopté une approche unique par l'interaction directe avec l'industrie, notamment les entreprises du secteur chimique. Selon un représentant de NANOFORCE, «notre objectif global est de mieux intégrer les sciences, l'industrie, les finances, la gestion et les réglementations afin que les nanotechnologies puissent générer des avantages pour les générations actuelles et futures en Europe».

Ainsi, NANOFORCE ne fait pas partie de l'EU Nanosafety Cluster (regroupement de nanosécurité de l'UE) mais appartient au domaine thématique de la nanosécurité. Néanmoins, certaines institutions partenaires sont des membres ou des points de contact nationaux du Nanosafety Cluster ou sont impliqués dans des projets présentés dans cet article. Le cluster a été créé en vue d'assurer que les travaux actuels de recherche en nanosécurité, comme ceux des membres de NANOFORCE, soient aussi coordonnés et collaboratifs que possible. Ce regroupement comprend des projets du 6e et 7e PC, et vise à optimiser les synergies entre projets impliquant tous les domaines de la nanosécurité, y compris la toxicologie, l'écotoxicologie, l'évaluation de l'exposition, les mécanismes d'interaction, l'analyse des risques et la normalisation.

Source: Institut de nanotechnologie

Informations connexes

Pays

  • 271485480