Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Soutien du programme THERMIE à la centrale électrique dotée du plus grand lit fluidisé circulant du monde

La Commission européenne a accordé un soutien financier important (20 millions d'ECU) à un projet international favorisant l'utilisation de la technologie du "lit fluidisé circulant" (LFC). Ce projet, désigné sous le terme "Provence Energie Propre", a obtenu son financement da...
La Commission européenne a accordé un soutien financier important (20 millions d'ECU) à un projet international favorisant l'utilisation de la technologie du "lit fluidisé circulant" (LFC). Ce projet, désigné sous le terme "Provence Energie Propre", a obtenu son financement dans le cadre du programme spécifique RDT de la Communauté concernant la démonstration et la promotion des technologies énergétiques innovantes, efficaces et propres (THERMIE).

En vertu de ce programme, une nouvelle unité de 250 MWe de la centrale thermique de Provence en France, équipée d'une chaudière à lit fluidisé circulant, a été couplée au réseau "Electricité de France" (EDF) en 1995. A ce jour, c'est la chaudière LFC à foyer unique la plus puissante du monde. Le maître d'ouvrage en est la société Provençale du Lit Fluidisé (SOPROLIF) qui est une entreprise mixte réunissant EDF, ENDESA (le producteur espagnol d'électricité), la "Société nationale d'Electricité et de Thermique" en France, GEC ALSTHOM Stein Industrie et LURGI (constructeurs français et allemand de la chaudière).

La technique du LFC permet de brûler des combustibles à forte teneur en soufre tout en respectant les exigences les plus strictes de protection de l'environnement sans nécessiter des équipements auxiliaires complexes de dépollution. Le marché des centrales électriques de 250 à 300 MWe utilisant ce type de technologie est important, particulièrement dans les pays où les réserves de charbon de mauvaise qualité sont abondantes.

Le projet "Provence Energie Propre" constitue un important pas en avant dans le développement de la technologie du LFC et ouvre la voie vers des tranches de 500 à 600 MWe dont on pourrait avoir besoin au-delà de l'an 2000.


Source: Commission européenne, DG XVII
DE EN

Informations connexes

Programmes