Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Avis de l'IRDAC sur la coopération scientifique et technologique de l'Union européenne avec les pays industrialisés non européens

Le Comité consultatif de la Commission européenne chargé de la recherche et du développement industriels (IRDAC) a publié un avis sur la coopération scientifique et technologique avec les pays industrialisés non européens. Cet avis repose sur les conclusions d'une table ronde ...
Le Comité consultatif de la Commission européenne chargé de la recherche et du développement industriels (IRDAC) a publié un avis sur la coopération scientifique et technologique avec les pays industrialisés non européens. Cet avis repose sur les conclusions d'une table ronde organisée en octobre 1995, sur les questions suivantes:

- raisons pouvant conduire l'industrie européenne à mener des activités de recherche et de développement technologique (RDT) dans les pays industrialisés non européens et en collaboration avec eux, notamment les Etats-Unis et le Japon
- rôle que doit jouer l'Union européenne à cet égard
- justesse de la décision d'étendre la participation aux programmes communautaires spécifiques de RDT à des organismes venant de pays industrialisés non européens
- justesse de la décision d'établir des programmes spécifiques de coopération avec les pays industrialisés extérieurs à l'Union européenne.

Les participants à la table ronde ont reconnu que les entreprises européennes opèrent de plus en plus sur les marchés mondiaux pour réduire leurs coûts, accéder à de nouvelles ressources humaines et financières et éviter les contraintes imposées par les législations. Toutefois, ce n'est pas seulement le marché qui se mondialise, mais aussi la RDT.

Le comité considère donc que les programmes communautaires de RDT doivent être ouverts aux organisations de pays industrialisés non européens, quand ces pays permettent aux entreprises européennes de participer aux programmes de RDT qu'ils financent. Dans un tel contexte, c'est à l'industrie européenne elle-même de décider si elle désire coopérer avec un partenaire d'un pays industrialisé non européen à un projet communautaire de RDT. D'autre part, pour éviter la fuite du savoir faire européen vers d'autres pays, la Commission européenne doit décider au cas par cas, si la participation à un projet spécifique d'un partenaire industriel extérieur à l'Union européenne contribuera à renforcer la compétitivité de l'Europe.

Le Comité recommande que le programme communautaire spécifique sur la coopération internationale (INCO) s'oriente plus vers la diffusion des résultats, les transferts de technologie et la création de réseaux. En outre, il considère que le programme sur la formation et la mobilité des chercheurs (FMC) doit tenir compte de la tendance à la mondialisation en encourageant des échanges internationaux sur les thèmes intéressant l'industrie européenne.


Source: IRDAC
DE EN

Informations connexes

Programmes