Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Programme "JEUNESSE POUR L'EUROPE": recherche dans le domaine de la jeunesse

La DG XXII de la Commission européenne a publié un appel de propositions de projets de recherche dans le domaine de la jeunesse au titre du programme "JEUNESSE POUR L'EUROPE".

Ce programme, qui se trouve maintenant dans sa troisième phase, couvre une période de cinq ans (1995-1999), le budget étant de 24 376 800 ECU pour la deuxième année. Il est accessible à tous les Etats membres de l'UE ainsi qu'à l'Islande, au Liechtenstein et à la Norvège.

Cet appel concerne des projets au titre de l'Action E du programme, qui comprend deux lignes directrices: l'information des jeunes (Action E.I) et la recherche concernant la jeunesse (Action E.II).

L'action E.II du programme vise à promouvoir la coopération entre les Etats membres, afin de donner des informations et des connaissances sur les conditions des jeunes au sein de l'Union européenne. Elle tente de donner une image plus claire et plus globale des besoins des jeunes européens et des conditions dans lesquelles ils vivent, permettant ainsi de développer une politique de coopération dans le domaine de la jeunesse.

Les structures/organisations gouvernementales et non gouvernementales opérant au niveau local, régional, national ou européen sont invitées à constituer une équipe de chercheurs expérimentés originaires d'au moins trois pays membres.

La Commission favorisera les projets analysant les résultats obtenus à partir des connaissances actuelles afin de définir des stratégies nouvelles et applicables à la politique en faveur de la jeunesse dans l'UE. Les projets soumis devront, entre autres, prévoir une approche scientifique cohérente et une méthode appropriée, développant une coopération multidisciplinaire. Ils utiliseront les statistiques existantes ou à collationner, en fonction des objectifs de l'étude en question.

Chaque projet doit définir un plan pour la diffusion et l'échange d'informations, principalement avec les structures gouvernementales et non gouvernementales s'occupant de la jeunesse, relatives aux résultats des travaux entrepris.

Les études menées dans le cadre de cette action devront, autant que possible, prendre en compte les résultats des études déjà réalisées et, en particulier, mettre en évidence l'impact socio-culturel du processus d'intégration européenne sur les jeunes.

Enfin, ces études devront également analyser, autant que possible, l'impact des autres politiques sur le monde de la jeunesse.

La Commission donnera la priorité aux projets traitant des thèmes suivants:

- analyse de l'impact des programmes "JEUNESSE POUR L'EUROPE", par exemple en termes de mobilité, citoyenneté européenne, lutte contre le racisme, développement de nouveaux instruments de suivi et d'évaluation, complémentarité avec les autres actions menées au niveau national
- analyse de l'impact des projets concernant la marginalisation et l'exclusion de jeunes dans l'UE et analyse de projets en termes de nouvelles stratégies à élaborer afin de promouvoir la solidarité entre les générations
- études statistiques et analyses quantitatives, améliorant les comparaisons dans l'ensemble des pays participants, au niveau de l'insertion des jeunes dans la vie active (par exemple en termes de conditions de vie, d'accès à l'emploi, de capacités d'enseignement et de formation, d'attitudes de jeunes envers le statut du travail, les loisirs, leur place et leur rôle dans le société de demain, etc.)
- élaboration de stratégies nouvelles et applicables dans le domaine du service volontaire.

Les études purement nationales réalisées au niveau national sont exclues, mais l'extension au niveau européen d'études nationales sur les sujets présentant un intérêt pourra être prise en considération. La Commission donnera également la priorité aux études qui tiennent compte des idées et des intérêts manifestés par les jeunes eux-mêmes et qui font participer les jeunes et les organisations à la conception, à la mise en application et à la conclusion de ces études. La Commission accueillera favorablement les activités ayant pour objectif de faciliter la communication et de développer des moyens de coopération appropriés entre les centres/instituts de recherche et de documentation concernant la jeunesse ainsi qu'entre les décideurs de la politique jeunesse, les professionnels et les chercheurs en Europe.

Afin de soutenir les objectifs du programme relatifs à l'exclusion, la Commission accordera une attention particulière aux projets portant essentiellement sur la situation des jeunes dans des zones défavorisées de l'Union européenne et sur des thèmes tels que la participation politique et sociale des jeunes, la lutte contre les attitudes anti-démocratiques et nationalistes, le racisme et la xénophobie. La Commission accordera également la priorité aux projets promouvant activement l'égalité des chances entre les jeunes hommes et les jeunes femmes dans l'UE. Elle encouragera les équipes/centres de recherche à coopérer en vue de l'amélioration de l'efficacité ou de l'élargissement de la portée de certaines études.

En principe, l'aide financière accordée par la Commission à ces projets ne pourra excéder 50% des coûts totaux des projets, ni être supérieure à 50 000 ECU. Toute exception à cette règle devra être justifiée par l'apport substantiel du projet soumis à l'état des connaissances sur le monde de la jeunesse.

La durée des projets pourra s'étendre sur trois ans au maximum. Dans ce cas, le financement sera accordé sur une base annuelle, à condition que les candidats transmettent un rapport annuel sur l'activité exercée et les résultats obtenus au cours de l'année précédente. Un rapport intermédiaire devra être soumis pour le 1er juillet 1997.

Les demandes de subvention devront fournir des informations claires et détaillées permettant de faire une évaluation correcte du projet. Une attention particulière sera accordée à la présentation du thème, aux aspects scientifiques, à la méthodologie envisagée, aux objectifs généraux et spécifiques de l'étude, à la pertinence pour les partenaires concernés et au développement d'une politique de coopération dans le domaine de la jeunesse.

DE EN

Informations connexes

Programmes