Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La Commission approuve des programmes de R&D sur les transports, les technologies applicables à l'industrie et les voitures électriques

La Commission européenne a approuvé plusieurs programmes de recherche et développement nationaux, parmi lesquels les suivants:

- un programme français de R&D visant à promouvoir les activités destinées à réduire l'impact des transports sur l'environnement, à améliorer la sécu...
La Commission européenne a approuvé plusieurs programmes de recherche et développement nationaux, parmi lesquels les suivants:

- un programme français de R&D visant à promouvoir les activités destinées à réduire l'impact des transports sur l'environnement, à améliorer la sécurité et la qualité des services et à promouvoir le développement de systèmes de transport intermodaux. Ce programme a pour objet le financement de projets de collaboration réunissant des entreprises industrielles, des centres de recherche, des universités et des autorités locales. Budget: 78 millions d'ECU de 1996 à 2000
- un "projet de regroupement" hollandais de R&D visant à réunir des entreprises industrielles, des centres de recherche et des universités, dans le but de créer ou de renforcer des projets existants concernant des technologies applicables à l'industrie. Ces projets ne concernent pas un secteur spécifiques et couvrent des technologies allant de la biocatalyse au moulage de pièces de fonte. Budget: 12 millions d'ECU pour la deuxième moitié de 1996 et 33 millions d'ECU pour 1997
- un projet EUREKA français pour la mise au point d'une voiture électrique conçue spécialement pour être utilisée en ville. Le coût total de ce projet est de 73,7 millions d'ECU.

De plus, la Commission a décidé d'examiner une aide à la R&D que les Pays-Bas se proposent d'accorder à Philips. Cette aide de 4 millions d'ECU concerne un projet de construction de circuits de semi-conducteurs intégrés et de solutions de systèmes visant à transformer les "assistants numériques personnels" ou "communicateurs personnels intelligents" en de réels produits de consommation grand public. La Commission est notamment soucieuse de l'effet d'"incitation" de l'aide proposée car le sujet du projet semble être une activité de base de Philips Semiconductors.


Source: Commission européenne, Service du Porte-parole
DE EN

Informations connexes

Programmes