Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le Parlement demande une coopération renforcée entre l'UE et les PECO dans le secteur de l'énergie

Dans un rapport établi à son initiative et présenté par Gordon Adam, MPE, la Commission de l'énergie du Parlement européen plaide en faveur du renforcement de la coopération de l'UE dans le secteur de l'énergie avec les pays d'Europe centrale et orientale (PECO) et l'ancienne ...
Dans un rapport établi à son initiative et présenté par Gordon Adam, MPE, la Commission de l'énergie du Parlement européen plaide en faveur du renforcement de la coopération de l'UE dans le secteur de l'énergie avec les pays d'Europe centrale et orientale (PECO) et l'ancienne Union soviétique.

Adopté en session plénière le 20 septembre 1996, le rapport souligne qu'au cours des quelque vingt prochaines années l'UE deviendra de plus en plus dépendante des importations d'énergie, en particulier de gaz, principalement en provenance de Russie. Etant donné que les importations de gaz sont d'une importance capitale pour l'UE, le Parlement propose la création d'un centre commun pétrole-gaz à Moscou, qui serait soutenu par Gasprom et l'UE. Il demande également qu'une solution soit trouvée pour le financement des centres d'énergie de l'UE.

En ce qui concerne l'énergie nucléaire, qui entre pour 17% dans la production d'électricité en Europe orientale, le Parlement insiste sur la nécessité de mettre un plus grand accent sur les aspects de la coopération en matière d'énergie nucléaire qui sont liés à la sécurité. Il demande en particulier que la coopération dans ce domaine soit soumise aux normes de sécurité nucléaire établies par l'Agence internationale de l'énergie atomique.

Plus spécifiquement, le Parlement estime que les pays tiers devraient adhérer à la Convention de Vienne et à la Convention internationale sur la sécurité nucléaire, être signataires du traité de non-prolifération et ratifier la Convention d'Espoo (étude transfrontalière sur l'impact environnemental). De plus, il considère qu'une autorité réglementaire nationale indépendante chargée de la sécurité devrait exister dans chaque pays.

D'une manière plus générale, le Parlement a exprimé sa déception devant les activités des programmes PHARE et TACIS dans ce domaine et a demandé qu'une plus grande priorité soit accordée au secteur de l'énergie dans le cadre de ces programmes. Dans cette optique, il a souligné avec force que l'aide financière octroyée par l'Union dans le domaine de l'énergie nucléaire devrait être orientée uniquement vers les activités relatives à la sécurité des réacteurs actuellement en service.

Le rapport du Parlement demande également que le traité sur la Charte européenne de l'énergie soit ratifié et mis en oeuvre dès que possible par les signataires. A cet égard, le Parlement a exprimé sa déception devant le refus des Etats-Unis de signer le traité et a demandé à sa délégation chargée des relations avec les Etats-Unis de soulever cette question lors des prochaines réunions.

Au nom de la Commission, le commissaire Joao de Deus Pinheiro s'est félicité de l'appel à une coopération renforcée et s'est engagé à tenir compte des commentaires sur les centres d'énergie, les programmes PHARE et TACIS et sur l'énergie et la sécurité nucléaires.


Source: Parlement européen
DE EN