Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Communications avancées: le programme ACTS de l'UE

Le programme communautaire spécifique de RDT dans le domaine des technologies et services avancés de communications, dit programme ACTS, est un programme quinquennal couvrant la période allant de 1994 à 1998. Le présent article donne une vue d'ensemble des objectifs, de la str...
Le programme communautaire spécifique de RDT dans le domaine des technologies et services avancés de communications, dit programme ACTS, est un programme quinquennal couvrant la période allant de 1994 à 1998. Le présent article donne une vue d'ensemble des objectifs, de la structure et des activités du programme ACTS, telle que présentée par le programme lui-même:

"Une des initiatives de recherche les plus progressistes actuellement financées au titre du budget de recherche de l'UE porte sur les technologies et services avancés de communications (ou ACTS). Quelque 157 projets travaillent maintenant ensemble, dans le cadre d'un programme intégré, pour produire des éléments démontrables clés pour l'infrastructure technologique sur laquelle pourrait être construite la future société de l'information.

Bien qu'en comparaison avec d'autres programmes il soit doté d'un budget modeste (670 MECU), le programme ACTS soutient le plus important ensemble d'essais, d'expériences et de démonstrations étroitement liés existant au monde en matière d'applications, de services et de technologies. En maintenant une approche pratique et tournée vers l'extérieur, il s'attache à maximiser l'impact et la visibilité de ses résultats.

Mettant en pratique le principe de subsidiarité, les travaux de recherche menés dans le cadre du programme ACTS sont liés à des essais qui sont d'ores et déjà en cours dans les Etats membres et d'autres pays possédant des bancs d'essai pour les communications avancées. Au total, il existe quelque 23 organisations nationales d'accueil ("National Hosts") offrant des bancs d'essai et des installations expérimentales en réseau pour les projets ACTS, y compris dans des pays aussi lointains que les Etats-Unis, le Canada et le Japon.

Les démonstrations et les essais individuels entrepris avec le soutien du programme peuvent être de petites manifestations locales minutieusement focalisées aussi bien que de très grandes démonstrations internationales des communications avancées. Ces dernières peuvent impliquer activement des dizaines de pays et sont souvent associées à d'importantes expositions ou conférences.

Le programme ACTS doit son unicité parmi les programmes de recherche de l'UE au fait que les résultats des divers projets sont réunis, et les synergies développées, à travers un mécanisme intégré de concertation. Ceci permet d'assurer la diffusion des résultats entre les projets et le développement naturel d'initiatives de coopération, ce qui contribue à la production de résultats cohérents soutenus par une base large de compétences et d'organisations participantes. Ce sont les résultats du programme ACTS qui apporteront une contribution substantielle à la normalisation pertinente et qui aideront à l'élaboration d'orientations pour la définition d'objectifs politiques à long terme couvrant le secteur européen des communications.

L'UE recherche activement une coopération internationale dans un certain nombre de secteurs économiques, parmi lesquels les communications et les questions connexes relatives à la société de l'information sont très importantes. Dans le secteur des communications, les intérêts commerciaux des fabricants d'équipement, des exploitants de réseaux et des grands utilisateurs professionnels ont tous une dimension internationale. Les communications constituent un secteur d'activité réellement international. La promotion par l'Europe d'une coopération internationale dans ce secteur s'accorde donc pleinement avec de puissants intérêts commerciaux.

Il subsiste encore de nombreux obstacles techniques, économiques et politiques qui doivent être surmontés avant que la société de l'information planétaire ne puisse voir réellement le jour. Compte tenu des investissements énormes nécessaires pour adapter les services et infrastructures de réseaux existants aux futures applications multimédias, "miser sur le mauvais cheval" pourrait être une erreur très coûteuse, voire fatale, pour toute organisation ou tout pays agissant seul. Les pays développés du monde, et leurs grandes organisations, n'ont donc guère d'autre choix que de coopérer entre eux pour déterminer les normes de base qui établiront le cadre pour une concurrence libre et une adoption commerciale rapide des services avancés de communications.

Dans ce contexte, les initiatives internationales comme les projets pilotes du G7 sont considérées comme ayant un rôle catalyseur très important à jouer dans la mise en place des infrastructures nécessaires à la société de l'information.

En 1994, le programme ACTS est devenu le premier programme de recherche de l'UE à être ouvert à une participation mondiale. Trente-trois pays y participent désormais: aux 15 Etats membres viennent s'ajouter 18 pays tiers, dont 9 d'Europe centrale et orientale. Au total, ceci représente environ 1 000 organisations différentes s'intéressant de près aux communications avancées.

La participation internationale au programme ACTS est désormais un élément actif des relations que la Communauté a établies avec ses principaux partenaires commerciaux, au niveau bilatéral et régional. C'est ainsi que les chefs d'Etat européens, désireux de nouer des liens de coopération plus étroits avec les pays asiatiques, ont participé à la rencontre UE-Asie qui s'est tenue à Bangkok en février dernier. Dans ce contexte, il convient de noter que cinq entreprises japonaises et une entreprise de Singapour participent désormais au programme ACTS. Ceci vient s'ajouter à une participation similaire du Canada (huit entreprises) et des Etats-Unis (huit également).

Mettant à profit sa base considérablement élargie de compétences internationales, le programme ACTS entend développer son expérience pratique en matière de communications avancées avec tous les autres grands centres de recherche à travers le monde. Des essais d'interconnexion sont d'ores et déjà prévus dans le cadre du projet pilote GIBN (Interopérabilité mondiale pour les réseaux à large bande) du G7, essais qui relieront le Japon, les Etats-Unis et le Canada aux pays européens du G7 et, à travers eux, aux expériences de plus grande envergure menées dans les divers Etats membres ou en collaboration par le biais de programmes européens comme ACTS.

Suite à deux appels de propositions, tous les domaines de recherche prévus pour ACTS sont maintenant mis en oeuvre et un programme cohérent et bien structuré de projets a été mis en place. Lorsque les résultats des divers projets commenceront à apparaître lors des derniers stades du programme ACTS, il conviendra peut-être d'étendre les démonstrations pratiques et d'entreprendre une consultation de plus grande envergure sur les résultats du programme ainsi qu'une action de sensibilisation générale."


Source: Commission européenne, DG XIII
DE EN

Informations connexes