Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Document de position autrichien sur le Cinquième programme-cadre

Le gouvernement autrichien a publié récemment son document de position sur le futur Cinquième programme-cadre de RDT. L'Autriche est l'un des Etats membres qui ont adhéré à l'Union depuis l'adoption du Quatrième programme-cadre et c'est donc la première fois qu'elle a l'occasi...
Le gouvernement autrichien a publié récemment son document de position sur le futur Cinquième programme-cadre de RDT. L'Autriche est l'un des Etats membres qui ont adhéré à l'Union depuis l'adoption du Quatrième programme-cadre et c'est donc la première fois qu'elle a l'occasion de contribuer à la préparation d'un programme-cadre.

L'Autriche est en faveur de l'élaboration d'un Cinquième programme-cadre ayant pour objectif principal de renforcer la compétitivité et les bases scientifiques et technologiques de l'industrie. Le document note également que le programme-cadre joue un rôle de plus en plus important en tant qu'instrument de soutien à d'autres politiques communautaires, par exemple dans les domaines de l'environnement, de l'énergie, de l'éducation, de la mobilité, des transports et de l'agriculture. Il souligne donc qu'une coordination et une coopération entre ces politiques et la politique de RDT au sein de la Commission sont indispensables.

Le document autrichien rappelle que les actions communautaires de RDT devraient compléter celles des Etats membres et suggère de définir plus clairement la question de subsidiarité dans le Cinquième programme-cadre. Il demande également que le renforcement des liens entre la RDT communautaire et d'autres actions européennes telles que COST et EUREKA soit encouragé.

L'Autriche est favorable à la participation des organisations des pays d'Europe centrale et orientale, des nouveaux Etats indépendants issus de l'ancienne Union soviétique et des pays partenaires méditerranéens. Elle estime toutefois que les coûts de participation ne devraient pas être à la charge des programmes spécifiques. Des liens plus étroits devraient être établis entre les programmes de RDT et les programmes d'assistance technique (PHARE, TACIS et MEDA) en faveur de ces pays.

Selon le document, la diffusion et la valorisation des résultats de la recherche, ainsi que l'innovation et les transferts de technologie, doivent se voir accorder un rang de priorité plus élevé que dans le Quatrième programme-cadre. Plus spécifiquement, il convient de mettre en place des mesures visant à accroître le potentiel d'innovation parmi les PME. En ce qui concerne la formation et la mobilité des chercheurs, l'Autriche estime qu'il s'agit d'une des mesures d'accompagnement les plus importantes du programme-cadre et insiste sur la nécessité d'améliorer son administration et d'accroître la synergie entre la recherche et les mesures dans le domaine de l'éducation.

L'Autriche estime qu'il est essentiel que la politique scientifique et technologique européenne ait une influence positive sur la situation de l'emploi en Europe et demande que l'évaluation des projets tienne compte de leurs effets éventuels à long terme sur le marché du travail. Pour atteindre les objectifs de la RDT communautaire, une approche mieux centrée sur les problèmes devrait être adoptée dans le Cinquième programme-cadre. En attendant, la recherche devrait être axée davantage sur les aspects verticaux du processus, de la recherche fondamentale jusqu'au marché. Compte tenu de la complexité croissante et de l'interdisciplinarité des thèmes de recherche dans l'industrie et la société, l'approche de l'actuel programme-cadre, qui repose sur des disciplines de recherche, devrait être revue.

En ce qui concerne la mise en oeuvre du programme-cadre, l'Autriche souhaite que d'autres mesures soient prises pour faciliter l'accès des PME. Pour ce qui est de la gestion du programme, elle souligne la nécessité d'une flexibilité et d'une transparence accrues. Elle préconise également une extension de la procédure d'évaluation en deux étapes dans certains domaines ainsi qu'une évaluation plus rapide de tous les projets.

L'Autriche n'est pas en faveur d'un accroissement des moyens pour la recherche sur la fusion thermonucléaire contrôlée, mais souhaite par contre que des montants plus importants soient consacrés à la recherche dans le domaine de l'énergie non nucléaire, en particulier aux travaux sur les énergies renouvelables et sur l'utilisation rationnelle de l'énergie.

En conclusion, l'Autriche suggère de prendre en considération les quatre thèmes suivants axés sur des problèmes spécifiques lors de l'élaboration du Cinquième programme-cadre:

- la recherche industrielle, en particulier le génie des procédés
- les thèmes liés aux transports
- le développement régional durable
- les aspects socio-économiques de l'intégration européenne.


Source: Gouvernement autrichien
DE EN

Informations connexes

Thèmes

Stratégies