Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La Commission confirme son engagement en faveur de la libéralisation des télécommunications

Au cours d'une réunion récente à Strasbourg, la Commission a confirmé son engagement en faveur de la libéralisation des télécommunications en Europe d'ici le 1er janvier 1998 et a fait le point sur les possibilités de dérogation dont disposent les Etats membres.

M. Van Miert,...
Au cours d'une réunion récente à Strasbourg, la Commission a confirmé son engagement en faveur de la libéralisation des télécommunications en Europe d'ici le 1er janvier 1998 et a fait le point sur les possibilités de dérogation dont disposent les Etats membres.

M. Van Miert, commissaire responsable de la politique de concurrence, a insisté sur la nécessité de réduire ces dérogations au minimum possible, en rappelant plusieurs raisons:

- selon les directives en question, les périodes de transition ne peuvent être accordées qu'en fonction de l'état de développement des réseaux

- le Conseil et la Commission ont plusieurs fois affirmé l'importance d'une libéralisation rapide, dans l'intérêt de la croissance économique et du développement de la société de l'information

- il est important pour les pays concernés de s'intégrer au plus vite dans le marché européen des télécommunications, pour bénéficier des investissements et des services correspondants.

La libéralisation des télécommunications interne à l'Union européenne peut également avoir une grande influence sur les négociations internationales sur les télécommunications dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Il faut que le calendrier interne soit le plus proche possible de 1998, dans la plupart des pays, car 1998 est également la date-objectif pour la libéralisation mondiale des télécommunications.

Un accent particulier a été mis sur le dossier espagnol. En effet, l'Espagne revêt une importance particulière dans les négociations de l'OMC, étant donné la taille de son marché domestique et la présence de son opérateur dominant dans plusieurs pays d'Amérique latine. M. Van Miert a donc demandé à l'Espagne de confirmer rapidement sa disponibilité à renoncer à une dérogation et à s'engager formellement sur la date du 1er janvier 1998.


Source: Commission européenne, Service du Porte-parole
DE EN

Informations connexes

Pays

  • Espagne