Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le rôle de la recherche dans la politique des transports

Dans un discours prononcé à Bruxelles, le 24 octobre 1996, devant le Comité consultatif de la R&D industrielle (IRDAC) de la Communauté, M. Neil Kinnock, commissaire européen responsable de la politique des transports, a présenté ses idées pour la recherche liée aux transports...
Dans un discours prononcé à Bruxelles, le 24 octobre 1996, devant le Comité consultatif de la R&D industrielle (IRDAC) de la Communauté, M. Neil Kinnock, commissaire européen responsable de la politique des transports, a présenté ses idées pour la recherche liée aux transports dans le Cinquième programme-cadre de RDT.

M. Kinnock a parlé de l'avis de l'IRDAC sur le Cinquième programme-cadre, dans lequel le Comité préconise la mise en place d'un programme spécifique sur les technologies génériques au service de la mobilité. Il a déclaré qu'il jugeait "entièrement positif" l'accent mis par le Comité sur les activités de recherche menées dans le contexte plus vaste de la mobilité au lieu de l'étroit contexte des transports. "La mobilité est manifestement indispensable à l'activité sociale et économique moderne", a-t-il ajouté.

Le commissaire s'est déclaré d'accord avec l'avis de l'IRDAC selon lequel la recherche devrait être axée sur la résolution des problèmes. Plus spécifiquement, la mobilité doit être considérée globalement et la recherche devrait contribuer à rendre plus durable la mobilité et pas seulement à développer l'accès à la mobilité. Les activités de recherche sur la mobilité devraient viser à l'intégration des technologies existantes, encore que le développement de technologies nouvelles puisse être approprié. "La recherche devrait se rapporter directement aux besoins changeants de l'industrie et des gens" et devrait être pragmatique, a-t-il dit.

Un certain nombre de problèmes concernant les systèmes de transport, et en particulier le réseau routier, existent en Europe aujourd'hui. Nombre de ces problèmes découlent de la saturation des infrastructures et comprennent la pollution, les embouteillages et les accidents. Au total, ils ont un coût négatif équivalant à 4% du PIB (produit intérieur brut) de l'UE. Les Etats membres étant incapables ou peu désireux d'investir dans les infrastructures sur une échelle aussi grande que par le passé, de nouvelles politiques et pratiques sont nécessaires. Selon M. Kinnock, des activités de recherche pertinentes et bien planifiées dans ce domaine ont un rôle clair et essentiel à jouer.

Dans le cadre des réseaux transeuropéens, un certain nombre d'outils télématiques ont été utilisés, a-t-il dit. Dans des applications telles que la gestion du trafic par satellite, la gestion harmonisée du trafic ferroviaire et les systèmes télématiques de gestion du trafic routier (y compris la tarification routière), l'Europe dispose des moyens de s'équiper de systèmes de transport intelligents, mais seulement si la volonté politique nécessaire existe, a ajouté le commissaire. De plus, en veillant à ce que les priorités en matière de recherche reflètent des besoins et des exigences réels, la Communauté peut s'assurer que la recherche est en étroite corrélation avec la demande des utilisateurs et a de bonnes chances d'être traduite en réussites commerciales.

Le commissaire Kinnock a soulevé deux autres points mis en avant dans l'avis de l'IRDAC. Premièrement, il a suggéré que les chercheurs européens devraient coopérer de plus en plus étroitement avec leurs homologues d'autres pays avancés, y compris les Etats-Unis, le Japon et le Canada. Ceci vaut toute particulièrement pour les développements stratégiques clés dans les systèmes de transport. S'agissant de la diffusion des résultats de la recherche, il a noté que les résultats des activités de recherche financées par les fonds publics doivent être visible. Il a estimé comme l'IRDAC qu'il ne devrait pas exister de programme spécifique pour la diffusion et la valorisation des résultats, mais que ces fonctions devraient être intégrées dans chaque programme.

Il a terminé son discours en donnant un certain nombre d'exemples d'applications pour lesquelles les activités de recherche financées par la Communauté seraient vitales:

- le système européen de gestion du trafic ferroviaire
- la technologie de la boîte noire maritime
- les évaluations stratégiques de l'impact sur l'environnement.

Il a déclaré que la contribution de la recherche à ces systèmes, et les différences qui en découlent, doivent être démontrées et que la diffusion efficace des résultats aurait un rôle crucial à jouer à cet égard.


Source: Commission européenne, Service du Porte-parole
DE EN

Informations connexes

Programmes