Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Avis du CES sur le commerce international et l'environnement

A sa session plénière du 31 octobre 1996, le Comité économique et social (CES) a adopté un avis d'initiative sur le commerce international et l'environnement.

Cet avis, qui est dans les grande lignes favorables aux positions adoptées par la Commission dans ce domaine, contien...
A sa session plénière du 31 octobre 1996, le Comité économique et social (CES) a adopté un avis d'initiative sur le commerce international et l'environnement.

Cet avis, qui est dans les grande lignes favorables aux positions adoptées par la Commission dans ce domaine, contient l'analyse et les opinions du CES sur les domaines suivants:

- les effets environnementaux de la libéralisation des échanges
- la nécessité d'une coopération multilatérale pour les relations commerciales internationales
- les mesures liées aux produits et aux méthodes de production
- les nouveaux instruments de la politique de l'environnement (les systèmes d'éco-étiquettage notamment).

Le CES estime que les causes principales des problèmes environnementaux ne sont pas la libéralisation des échanges, mais l'incapacité des marchés et des pouvoirs publics à exprimer de manière adéquate les problèmes d'environnement dans les prix. Il soutient par conséquent tout effort visant à faire prendre en compte les coûts liés à l'environnement, notamment par l'intermédiaire du principe pollueur-payeur.

Le Comité partage le point de vue selon lequel il est possible de parvenir à un développement durable fondé sur le commerce international à condition d'adopter une politique environnementale appropriée tant au niveau national qu'international. Dans ce contexte, il souligne l'importance es activités menées dans le cadre de l'Accord général/OMC et en particulier le rôle des accords environnementaux multilatéraux (AEM). Le CES estime comme la Commission que l'intégration des AEM au système multilatéral d'échanges doit recevoir la plus haute priorité.


Source: Comité économique et social (CES)
DE EN