Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le budget de la CE doit mieux tenir compte de la politique environnementale

Mme Ritt Bjerregaard, membre de la Commission en charge de l'environnement, a pris la parole lors d'une réunion des ONG avec les institutions communautaire sur la réforme du budget de la CE et la politique de l'environnement, qui s'est déroulée à Bruxelles le 28 novembre. Dans...
Mme Ritt Bjerregaard, membre de la Commission en charge de l'environnement, a pris la parole lors d'une réunion des ONG avec les institutions communautaire sur la réforme du budget de la CE et la politique de l'environnement, qui s'est déroulée à Bruxelles le 28 novembre. Dans son discours, Mme Bjerregaard a soulevé plusieurs questions critiques, notamment celle du rapport entre la réforme du budget et la politique de l'environnement et celle des priorités de cette réforme, et elle a placé le concept d'un budget plus respectueux de l'environnement dans un contexte plus large.

Lors de l'évaluation du Cinquième programme d'action pour l'environnement, achevée cette année, cinq priorités clés ont été identifiées. Mme Bjerregaard a déclaré que trois d'entre elles, le développement d'une série plus étendue d'instruments de politique, l'intégration des questions d'environnement aux autres politiques et la sensibilisation du public, ont une importance particulière pour le sujet de la réforme du budget.

Elle a suggéré que pour la réforme, la priorité la plus grande concerne l'intégration de l'environnement à d'autres domaines de politique. Cette intégration doit faire en sorte que les dépenses communautaires cessent de contribuer au déclin de l'environnement et s'orientent de plus en plus vers une action positive pour la protection de l'environnement et le développement durable. Le budget agricole, a-t-elle déclaré, doit en priorité être soumis à un examen. Elle a aussi insisté sur la nécessité d'intégrer les questions d'environnement aux Fonds structurels.

Une attention particulière doit être accordée aux domaines de l'énergie et de la technologie environnementale, et le commissaire a déclaré "que la décision prise par le Conseil de réduire les fonds disponibles pour SAVE II (le programme proposé pour la promotion de l'efficacité énergétique dans la Communauté, qui s'étendra de 1996 à 2000) de 150 MECU, comme proposé par la Commission, à seulement 45 MECU, laissait beaucoup à désirer".

Enfin, Mme Bjerregaard a souligné la nécessité de placer l'adoption de budgets respectueux de l'environnement dans un contexte plus large. Si les budgets communautaires ont un rôle important à jouer par rapport au développement durable, les Etats membres et les autorités locales doivent eux aussi prendre la responsabilité d'intégrer l'environnement à leurs politiques et à leurs programmes. Elle a également remarqué que les citoyens doivent tenir compte de l'environnement dans les choix qu'ils font.


Source: Commission européenne, Service du Porte-Parole
DE EN

Informations connexes

Programmes