Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Centre commun de recherche - Rapport annuel 1996

La Commission européenne a adopté le dernier rapport annuel sur le Centre commun de recherche de la Communauté, qui présente les activités de recherche et de développement du Centre en 1996. Le rapport (COM(97)137) sera soumis au Parlement européen, au Conseil et à la Cour des...
La Commission européenne a adopté le dernier rapport annuel sur le Centre commun de recherche de la Communauté, qui présente les activités de recherche et de développement du Centre en 1996. Le rapport (COM(97)137) sera soumis au Parlement européen, au Conseil et à la Cour des comptes ainsi qu'au Comité économique et social.

Le Centre commun de recherche a été créé afin de fournir un soutien scientifique et technologique à la formulation et à la mise en oeuvre des politiques communautaires. Sa mission est triple:

- mise en oeuvre des programmes communautaires de recherche scientifique
- réalisation de travaux de recherche visant à fournir un soutien scientifique et technologique à d'autres politiques communautaires (environnement, agriculture, sûreté nucléaire)
- renforcement des activités concurrentielles au travers de la participation, sur un pied d'égalité avec les entités nationales, aux programmes de recherche de la Communauté, ainsi qu'à travers la fourniture de services payants à des organismes privés et publics.

Le Centre emploie actuellement 186 scientifiques. Son budget total pour 1996 s'est élevé à 273 millions d'ECU. Le rapport annuel fournit un panorama des activités menées en 1996, les plus importantes et les plus innovantes d'entre elles comprenant notamment:

- le projet MARS (Monitoring of Agriculture by Remote Sensing - contrôle de l'agriculture par télédétection) qui fournit des données agronomiques et météorologiques constamment mises à jour permettant de suivre de près l'évolution des cultures en Europe et ailleurs

- le soutien à la mise en oeuvre d'une directive communautaire relative à la prévention et à la réduction de la pollution au travers d'une approche intégrée abordant simultanément la pollution de l'air, des eaux et des sols. Les meilleures techniques disponibles dans les secteurs chimique, métallurgique et énergétique seront définies par un bureau spécialisé du CCR

- les matériaux de référence biomédicaux, qui sont indispensables au contrôle et à l'amélioration des tests de diagnostic (grossesse, hépatite, diabète et certains cancers), sont maintenant certifiés par l'Institut des matériaux et mesures de référence du CCR

- la participation à la vérification des "eurocodes" pour l'industrie européenne de la construction, lesquels fixent les normes auxquelles les bâtiments doivent être conformes de manière à résister aux vibrations de diverses sources (trafic routier et ferroviaire, séismes, etc.)

- l'examen de matières fissiles confisquées pour en découvrir la provenance.

S'agissant de l'approche concurrentielle adoptée par le CCR depuis 1995, ce dernier a soumissionné avec succès pour plusieurs importants projets de recherche et a trouvé un certain nombre de nouveaux clients à l'extérieur des institutions de l'UE.


Source: Commission européenne

Informations connexes