Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Conseil de l'éducation - 26 juin 1997

Le Conseil des ministres de l'Education de l'UE, réuni à Luxembourg le 26 juin 1997, a examiné plusieurs initiatives communautaires dans le domaine de l'éducation et adopté des conclusions dans deux domaines importants.

Le Conseil a débattu du Livre vert de la Commission sur ...
Le Conseil des ministres de l'Education de l'UE, réuni à Luxembourg le 26 juin 1997, a examiné plusieurs initiatives communautaires dans le domaine de l'éducation et adopté des conclusions dans deux domaines importants.

Le Conseil a débattu du Livre vert de la Commission sur les obstacles à la mobilité transnationale dans l'éducation, la formation et la recherche. Les délégations ont insisté sur la nécessité de prendre des mesures pour améliorer la transparence des systèmes éducatifs nationaux, d'avancer sur la voie de la reconnaissance mutuelle des diplômes, de supprimer les obstacles au transfert des bourses, de mettre en place une structure opérationnelle pour l'apprentissage à travers les frontières et de développer l'apprentissage des langues étrangères. Plusieurs délégations ont également souscrit à l'idée d'harmoniser dans une certaine mesure l'imposition des bourses et des allocations versées aux apprentis.

Durant le débat, le Commissaire Cresson a informé les ministres de son intention de présenter des propositions en automne 1997 en vue d'une action dans les domaines suivants:

- le transfert des bourses
- un cadre juridique relatif au statut de l'apprenti au niveau communautaire
- des initiatives pour mettre en place un réseau de formation pour les apprentis.

Le Conseil a adopté des conclusions sur les technologies de l'information et des communications et la formation des enseignants. Les ministres ont reconnu que la capacité des enseignants à utiliser les nouvelles technologies de l'information et des communications et à les intégrer dans leur pratique pédagogique constitue un facteur essentiel du développement de la société de l'information en Europe. Toutefois, afin que les enseignants puissent transmettre tous les avantages de ces nouveaux outils, il faut que la formation des enseignants couvre non seulement leur utilisation, mais aussi l'influence de ces technologies sur le processus d'apprentissage. De plus, le Conseil suggère que la question comporte une importante dimension européenne, étant donné que tous les Etats membres sont confrontés à des situations similaires.

Les conclusions invitent les Etats membres à:

- intégrer une dimension européenne dans leurs stratégies relatives à la formation des enseignants dans le domaine des technologies nouvelles et de l'éducation
- stimuler et promouvoir l'accès aux logiciels et services multimédias éducatifs
- encourager la participation des instituts de formation des enseignants aux réseaux européens
- stimuler les partenariats entre les secteurs public et privé dans le domaine des technologies de l'information et des communications et de l'éducation.

La Commission est invitée à stimuler la mise en réseau des instituts de formation des enseignants au niveau européen, afin d'encourager l'échange d'informations et d'expériences sur l'utilisation des technologies de l'information et des communications à des fins pédagogiques. Par ailleurs, la Commission devrait encourager la coopération entre les Etats membres, les éditeurs et les institutions en vue de la production de logiciels multimédias éducatifs dans lesquels la diversité linguistique et culturelle de l'Europe puisse être exprimée de manière adéquate.

Les ministres sont également parvenus à un accord sur une position commune sur le supplément financier proposé pour SOCRATES, programme d'action communautaire dans le domaine de l'éducation. La Commission avait proposé d'accroître de 50 millions d'ECU le budget du programme pour les deux dernières années (1998 et 1999), en raison de son succès et de son ouverture à la participation d'entités établies dans les pays d'Europe centrale et orientale. Le Parlement, lors de la première lecture de la proposition, avait doublé ce montant pour le porter à 100 millions d'ECU. Cependant, le Conseil s'est accordé à l'unanimité sur un supplément de 25 millions d'ECU seulement. La Commission de même que le Parlement ont soutenu que ce chiffre est insuffisant. La proposition va maintenant être transmise au Parlement pour une deuxième lecture et il est probable que les MPE confirmeront le chiffre de 100 millions d'ECU.


Source: Conseil de l'Union européenne

Informations connexes

Programmes