Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un réseau européen achève le séquençage génomique d'une importante bactérie

Un réseau de recherche européen, soutenu par l'UE dans le cadre du programme spécifique de RDT dans le domaine de la biotechnologie (BIOTECH), a annoncé qu'il a achevé la détermination des 4,2 millions de bases du génome de "Bacillus subtilis", bactérie importante du point de ...
Un réseau de recherche européen, soutenu par l'UE dans le cadre du programme spécifique de RDT dans le domaine de la biotechnologie (BIOTECH), a annoncé qu'il a achevé la détermination des 4,2 millions de bases du génome de "Bacillus subtilis", bactérie importante du point de vue industriel. Faite durant la 9e conférence internationale sur les bacilles (Lausanne, 15-19 juillet 1997), cette annonce marque un important pas en avant dans notre compréhension du vivant.

"Bacillus subtilis" et les organismes apparentés constituent une importante source d'enzymes industrielles (par ex. amylases, protéases) et l'intérêt commercial qu'ils suscitent tient en grande partie à leur capacité de sécréter ces enzymes en concentrations élevées. B. subtilis a donc été un organisme de prédilection pour l'étude de la sécrétion des protéines et la production de protéines intéressantes sur le plan commercial.

Ce projet revêt également une grande importance au point de vue médical. Bien que B. subtilis soit un microbe sans danger, il est également un modèle très efficace pour l'étude des maladies causées par des organismes apparentés: B. anthracis (qui provoque le charbon) et B. cereus (qui cause des intoxications alimentaires). Par ailleurs, la connaissance de cette séquence nous permettra d'identifier des cibles potentielles pour la mise au point de nouveaux antibiotiques actifs contre des maladies émergentes. Plusieurs gènes intervenant dans la production de protéines dotées de propriétés antibiotiques ont d'ores et déjà été découverts dans ce génome et il est possible qu'il devienne une source pour la production de nouveaux antibiotiques à partir de gènes obtenus par génie génétique.

Conjointement avec un nouveau programme, financé également par la Commission européenne, des efforts vont être déployés pour définir la fonction des 4 000 gènes de cette bactérie. Bien qu'il faudra plusieurs années pour réaliser l'analyse complète de cette énorme quantité d'informations, une analyse préliminaire a déjà mis en évidence des caractéristiques intéressantes et plusieurs produits génétiques présentant une importance commerciale potentielle ont été identifiés.

Afin de faciliter les contacts entre les participants au projet et les entreprises européennes de biotechnologie, et d'exploiter les applications commerciales potentielles des gènes découverts, une plate-forme industrielle réunissant les entreprises suivantes a été mise en place: Gist Brocades (Pays-Bas), Glaxo-Wellcome (Royaume-Uni), Novo Nordisk (Danemark), Frimond (Belgique), Hoechst Marion Roussel (France, Allemagne), SmithKline Beecham (Royaume-Uni), Dupont de Nemours (France, Etats-Unis), Genencor (Finlande, Etats-Unis) et Hoffmann-La Roche AG (Suisse).

Financé par la Commission européenne, ce projet a vu le jour en septembre 1990 lorsqu'un réseau de cinq laboratoires européens entreprit des travaux sur une échelle pilote afin de vérifier la faisabilité du projet. Le projet s'est développé graduellement pour devenir un consortium de 28 laboratoires situés dans six pays européens, coordonné à l'Institut Pasteur à Paris (France).

L'importance internationale des travaux de recherche effectués se reflète dans la participation d'un consortium de sept laboratoires japonais, coordonné à l'Institut des sciences de la vie de Nara, au Japon, qui a rejoint le projet en 1991. Des contributions ont également été reçues d'un laboratoire coréen et de deux laboratoires américains.

S'agissant de la percée scientifique, Mme Edith Cresson, commissaire à la recherche, l'innovation, l'éducation, la formation et la jeunesse, a souligné qu'"elle reflète les travaux de recherche de pointe soutenus par les programmes de l'UE dans le domaine de la biotechnologie qui, ces dernières années, ont été à l'avant-garde de la science et de la technologie, ayant à leur actif plusieurs premières mondiales, y compris le séquençage complet du génome de la levure en 1996."


Source: Commission européenne

Informations connexes