Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Evaluation de l'action pilote "Seed Capital" (Capital initial) de la Commission (1989-1996)

Les auteurs d'une évaluation externe de l'action pilote "Seed Capital" de la Commission, mise en oeuvre de 1989 à 1996, ont conclu que cette action a contribué de manière positive à l'environnement financier dans lequel opèrent les entreprises européennes.

Dans le cadre de ce...
Les auteurs d'une évaluation externe de l'action pilote "Seed Capital" de la Commission, mise en oeuvre de 1989 à 1996, ont conclu que cette action a contribué de manière positive à l'environnement financier dans lequel opèrent les entreprises européennes.

Dans le cadre de cette action, 23 fonds ont été établis entre 1990 et 1993, auxquels la Commission a accordé une avance remboursable, destinée à couvrir 50 % des frais d'exploitation durant leur cinq premières années d'activité. Quinze des fonds, implantés dans des régions éligibles, ont reçu en outre un financement des Centres de commerce et d'innovation de leur région.

L'évaluation a souligné la faible importance des investissements de capitaux initiaux en Europe par comparaison aux Etats-Unis. Seulement 33 millions d'ECU par an ont été consacrés à des investissements initiaux en Europe entre 1991 et 1995 contre 115 millions d'ECU par an aux Etats-Unis. Alors qu'en Europe, seulement 40 ou 50 fonds se spécialisent dans les capitaux initiaux, il y en a environ 250 aux Etats-Unis.

L'évaluation a montré qu'il était difficile de définir le terme de "capital initial", et a souligné deux types distincts de fonds: les fonds privés dont l'approche est purement commerciale et les petits fonds locaux ou régionaux, destinés au développement local et à la création d'emplois. Le risque extrêmement élevé représenté par les investissements de capitaux initiaux limite l'intérêt manifesté par le secteur privé car pour obtenir un retour sur investissement sans mettre en danger la survie de l'entreprise constitue un problème majeur.

Les responsables de l'évaluation se sont dans l'ensemble accordés pour dire que l'action de la Commission a eu un effet positif sur l'environnement financier des entreprises durant la phase de démarrage et sur le plan de la création d'entreprises et d'emplois. Il semble en particulier qu'il aurait été impossible d'établir la majorité des 23 fonds sans l'aide de la Commission. Si l'on compare le nombre d'emplois stables créés à la performance de programmes mis en oeuvre au titre des Fonds structurels, cette action semble avoir eu un effet très positif.


Source: Commission européenne, DG XXIII