Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'innovation et la création d'entreprises et emplois nouveaux

Lors d'une table ronde organisée par la Commission à Paris, le 9 décembre 1997 pour examiner comment créer de nouvelles entreprises et emplois à partir des capacités d'innovation européenne, Edith Cresson, membre de la Commission en charge de la recherche, de l'innovation, de ...
Lors d'une table ronde organisée par la Commission à Paris, le 9 décembre 1997 pour examiner comment créer de nouvelles entreprises et emplois à partir des capacités d'innovation européenne, Edith Cresson, membre de la Commission en charge de la recherche, de l'innovation, de l'éducation, de la formation et de la jeunesse, a déclaré que l'Europe doit redécouvrir l'esprit d'entreprise.

Elle a souligné que les fonds nécessaires étaient disponibles en Europe mais qu'il fallait les canaliser dans l'innovation technologique. Souvent, ceux qui cherchent des fonds pour créer une petite entreprise de pointe et ceux qui ont de l'argent à investir comprennent mal leurs contraintes réciproques.

En Europe, a-t-elle ajouté,les seuls obstacles à l'innovation sont culturels et si les Européens savent lancer des entreprises et même les maintenir en activité, ils semblent avoir du mal à les développer. Les jeunes entreprises de pointe des universités, ou celles hébergées dans les pépinières de technologie, ont un taux de survie supérieur à la moyenne. Mais elles restent petites. Même au bout de dix ans d'existence, elles n'emploient en moyenne que dix personnes.

Mme Cresson s'adressait à des fondateurs d'entreprise, des industriels, des financiers, des chercheurs et des fournisseurs de services de soutien liés à l'innovation. La table ronde constituait la première étape d'une consultation approfondie qui permettra à Mme Cresson de recueillir les points de vue d'acteurs européens clés du domaine de l'innovation. La consultation se poursuivra par des groupes de travail destinés à examiner les différents stades de la création de nouvelles entreprises innovantes et par un séminaire organisé en mai à Luxembourg, et se conclura par une importante conférence européenne organisée à Vienne, à l'automne.

Les participants à la table ronde ont convenu que l'innovation technologique est cruciale pour le développement de la compétitivité européenne et pour la création d'emplois. L'impulsion viendra de jeunes entreprises, qui doivent être aidées et encouragées à créer prospérité et emplois pour l'avenir. De nombreux participants ont souligné que les gouvernements européens et l'UE doivent établir un cadre administratif, juridique et financier plus favorable à la création et au développement de petites entreprises.

Les participants ont reconnu qu'il ne s'agissait pas d'une nouvelle demande, mais ont affirmé qu'il était de plus en plus urgent d'y satisfaire, pour que les Européens puissent faire preuve du nouvel esprit d'entreprise que préconise Mme Cresson. Les orateurs ont également fait remarquer la nécessité de liens plus étroits entre l'industrie, les financiers et les chercheurs. Souvent ces contacts ne sont pas établis suffisamment tôt, ont affirmé certains participants.

Les débats ont couvert tous les aspects du lancement et du développement d'une nouvelle entreprise. Les orateurs ont fait part d'opinions et d'expériences acquises à partir de points de vue différents et comprenaient des chefs d'entreprise partis de zéro, des conseillers qui apportent un soutien aux jeunes entreprises et des représentants d'administrations. Un grand nombre d'entre eux ont fait remarquer que différents types de soutien et de formation sont nécessaires à différents stades de la vie d'une entreprises: démarrage, développement initial, et croissance/expansion.

Plusieurs participants ont indiqué que certains entrepreneurs, s'ils ont les qualités nécessaires pour créer une entreprise, n'ont pas toujours celles qui lui permettront de la transformer en une entreprise de taille moyenne. Parfois, c'est parce qu'ils sont trop paternalistes et qu'ils répugnent à céder les rênes à des personnes extérieures. Toutefois, des exemples ont été présentés d'entrepreneurs qui avaient recrutés des gestionnaires pour réaliser l'expansion de leur entreprise.

La table ronde s'est appuyée sur le diagnostic du "déficit d'innovation" dont il est fait état dans le Livre vert de la Commission sur l'innovation de 1995, et dans le Premier plan d'action pour l'innovation en Europe qui lui a fait suite, lancé par Mme Cresson il y a un an et actuellement mis en oeuvre par la Commission. Les points soulevés à la réunion seront désormais examinés par les groupes de travail établis durant la table ronde pour développer des mesures concrètes destinées à surmonter les divers obstacles à l'innovation qui ont été identifiés. Les propositions des groupes de travail seront examinées et approfondies en mai à Luxembourg, et seront présentées officiellement à une conférence, qui aura lieu à Vienne à l'automne.


Source: Commission européenne, DG XIII