Skip to main content

Buildings as Material Banks: Integrating Materials Passports with Reversible Building Design to Optimise Circular Industrial Value Chains

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des outils intégrés innovants pour aider le secteur de la construction à passer à une économie circulaire

Les bâtiments construits ou rénovés à l’aide de techniques de conception réversibles créent de la valeur ajoutée dans un secteur où la durabilité est sous les feux de la rampe. Plus de valeur signifie moins de déchets. Le projet BAMB, financé par l’UE, a travaillé sur des solutions destinées à promouvoir une transition systémique vers des bâtiments durables.

Technologies industrielles

L’environnement bâti européen est à l’origine d’une part très significative de notre consommation d’énergie, de nos émissions totales de gaz à effet de serre, de l’extraction de ressources et de la production de déchets. L’une des principales causes de cette situation est la mauvaise conception des bâtiments, conjuguée au modèle économique linéaire traditionnel: production, utilisation, élimination. Une seule option de fin de vie étant considérée, les bâtiments finissent par être démolis, ou nécessitent des travaux de rénovation complexes et coûteux, générant ainsi des déchets considérables. Le projet BAMB, financé par l’UE, a favorisé un changement de paradigme qui implique que les matériaux, les composants et les bâtiments soient conçus et évalués sur la base d’exigences liées à une circularité efficace.

Un protocole de conception pour des bâtiments flexibles et transformables

Les partenaires du projet ont élaboré un protocole de conception réversible des bâtiments qui permet aux différents intervenants de la chaîne de valorisation de la construction d’adopter des stratégies de conception réversibles dans le cadre de l’édification et de la rénovation. Au cœur de cette approche de conception se trouvent: la capacité de transformation, c’est-à-dire la possibilité de transformer les espaces d’un bâtiment pour les adapter à de nouvelles exigences, et le potentiel de réutilisation, c’est-à-dire la possibilité de réutiliser une partie des éléments et composants sans occasionner de dommages. Les partenaires du projet développent actuellement un nouveau logiciel qui permettra d’évaluer la capacité de transformation et le potentiel de réutilisation des bâtiments et des éléments.

Passeports matériaux

Le passeport matériaux développé par BAMB fait office de guichet unique pour les informations sur les matériaux, ce qui favorise la prise de décision circulaire. Le Material Passport Framework a inspiré et guidé le développement de différentes initiatives en matière de données sur les produits, telles que l’initiative relative à l’ensemble de données sur la circularité lancée par le ministère luxembourgeois de l’Économie.

Un outil d’évaluation circulaire des bâtiments

Les partenaires du projet ont également mis au point un prototype d’outil d’évaluation circulaire des bâtiments. Cette solution d’aide à la décision s’appuie sur une méthodologie d’évaluation de la productivité des ressources des bâtiments neufs et existants en fonction du choix des matériaux et des décisions prises en matière de conception. En optimisant les mesures de performance, comme le potentiel de réutilisation et la capacité de transformation, tout au long des différentes phases du cycle de vie de l’immeuble, la nouvelle plateforme logicielle permet aux utilisateurs de mieux appréhender l’impact des solutions alternatives.

Expériences pilotes et retours d’expérience

Le bâtiment «Build Reversible in Conception» est un édifice durable, modulaire et réversible entièrement développé par de jeunes apprentis chercheurs à Bruxelles. Il a été assemblé et démonté trois années de suite. Chaque transformation s’est accompagnée d’un changement de fonction: bureau (2018), puis commerce (2019) et enfin laboratoire acoustique (2020). Sur le campus de la Vrije Universiteit Brussel (VUB), ce qui était autrefois une maison d’étudiants est maintenant devenu le «Circular Retrofit Lab». Huit chambres ont été rénovées en recourant à des solutions de construction démontables, adaptables et réutilisables, créant aussi peu de déchets de démolition que possible. À Heerlen, aux Pays-Bas, le consortium du projet a développé le «Green Transformable Building Lab» autour d’un châssis multifonctionnel et réversible en acier rempli d’éléments interchangeables, indépendants et réversibles pour le sol, la façade et le toit. Le projet pilote «New Office Building» à Essen a été construit à proximité de Zeche Zollverein, un ancien complexe industriel de mines de charbon. Axé sur des approches de conception de type cradle to cradle (du berceau au berceau), ce «nouvel immeuble de bureaux» accueillera plus de 200 espaces de travail de haute qualité et un jardin sur son toit. En Bosnie-Herzégovine, le «Green Design Centre» est conçu pour être un lieu où seront présentés les principes des bâtiments circulaires. Il fera partie d’un nouveau parc d’innovation situé à Mostar qui intégrera différents aspects d’un mode de vie durable, tels que l’agriculture urbaine, les éoliennes, les lieux de travail ouverts pour les enfants handicapés et une exposition en accès libre. «Les projets pilotes et les prototypes ont démontré que les outils et méthodologies BAMB permettent de réduire de 75 à 90 % la production de déchets et les matières premières utilisées au cours de plusieurs transformations de bâtiments», conclut Caroline Henrotay, coordinatrice du projet.

Mots‑clés

BAMB, déchets, construction, chaîne de valorisation, passeports matériaux, conception réversible, économie circulaire

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application