Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Constituer une base pour la recherche ethnographique

Un projet financé par l'UE a été mis en place pour créer un centre de recherche à l'université danoise d'Aarhus pour les chercheurs doctorants et post-doctorants. Il concerne les études ethnographiques de la migration et de la mobilité en régions Asie-Pacifique, Europe et Amérique du Nord.

Technologies industrielles

Le projet GLOREA («Centre for global and regional ethnographies at Aarhus University») avait pour objectif de mettre le centre créé au cœur d'un programme sur cinq ans de subvention de professeurs de recherche. Destinée à soutenir la recherche en ethnographie de la migration et de la mobilité mondiale et régionale, cette subvention de professeurs porte sur deux domaines très larges. Le premier étudie les nouvelles formes de migration et de mobilité en Europe, les frontières européennes et la gestion de la migration au travers d'une perspective régionale comparative. Le deuxième examine la mobilité transnationale et l'entrepreneuriat dans des secteurs et des villes créatifs, en procédant à des comparaisons régionales mais avec une observation centrée sur l'Asie de l'Est. Les étudiants chercheurs de niveau doctorat et post-doctorat, recrutés dans le monde entier, reçoivent de l'aide et une formation dans des méthodes quantitatives et qualitatives, ainsi qu'une formation spécialisée en tant qu'ethnographes. L'objectif était également de créer les conditions qui permettraient de faire revenir des États-Unis un chercheur européen expérimenté. L'intégration en Europe a été un véritable succès grâce à l'obtention d'un poste à temps plein dans une prestigieuse institution de sciences sociales française. La subvention internationale de réintégration Marie Curie a indubitablement contribué à faire revenir un chercheur renommé en Europe et à faciliter la réintégration pour les deux parties concernées. Une large gamme d'activités internationales de recherche et de diffusion, des financements et aides au recrutement ont permis à GLOREA de s'imposer en tant que centre de recherche dynamique, en dépit de sa taille modeste. Depuis le début du projet, le centre a obtenu un financement par le biais du projet EUCROSS («The Europeanisation of Everyday Life: Cross-Border Practices and Transnational Identities among EU and Third-Country Citizens») du septième programme-cadre de l'UE (7e PC). Le centre a également permis l'obtention deux années de suite d'un financement post-doctoral attribué par le Conseil danois des sciences humaines (FKK). Le travail effectué par le centre dans les deux principaux domaines constitue une base essentielle pour explorer les dimensions humaines de la mondialisation et de la régionalisation. Les résultats du projet GLOREA devraient contribuer de manière importante à la recherche ethnographique. Le transfert de connaissances vers les deux organisations hôtes, l'université d'Aarhus au Danemark et Sciences Po en France, a été très fructueux. Il se poursuit dans les deux organisations même après la fin de la période de subvention IRG, par le biais de réseaux et d'arrangements au niveau du personnel, avec notamment la mise en place de la supervision des collaborations et doctorats par le consortium GLOREA.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application