Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le dérèglement du métabolisme des graisses dans les maladies osseuses

Grâce à une enveloppe européenne, les chercheurs ont pu étudier le lien entre la régulation du métabolisme des graisses et les maladies osseuses dégénératives et métaboliques liées à l'obésité, dont l'arthrose et l'ostéoporose. Les expériences ont ouvert de nouvelles perspectives dans ce domaine.
Le dérèglement du métabolisme des graisses dans les maladies osseuses
L'arthrose est une maladie dégénérative qui touche les articulations. Elle se caractérise par la disparition du cartilage articulaire et une altération osseuse. L'ostéoporose est une maladie osseuse progressive. Les patients présentent une faible densité osseuse et un risque majeur de fracture.

Pour la première fois, les chercheurs ont planché sur l'effet des principaux composants du système de transport des lipides et lipoprotéines dans la pathogénèse de l'arthrose et de l'ostéoporose. Sous le patronage du projet APOEOSTEOARTHRITIS, les chercheurs ont utilisé des modèles murins pour établir le rôle de l'apolipoprotéine E (apoE), de l'apoA-I et de la lécithine-cholestérol acyltransférase (LCAT).

Les souris ont été ainsi soumises à un régime occidental riche en graisse. Les résultats montrent clairement l'absence d'effet de l'apoE sur l'apparition d'arthrose. Mais une diminution de la masse osseuse a été observée chez les souris présentant une déficience en apoE après un régime occidental prolongé. L'étude de la moelle osseuse a également révélé une fonction ostéoblastique plus faible, une striation transversale des fibres de collagène et une plus grande activité ostéoclastique. Cela suggère que des carences en apoE favorisent l'apparition de fractures et d'ostéoporose.

Les chercheurs ont ensuite étudié le rôle de LCAT et de la lipoprotéine de haute densité (HDL) apoA-I dans l'arthrose par le biais de souris présentant des carences en LCAT et en apoA-I. La LCAT est une enzyme essentielle pour la régulation de la graisse dans le plasma du sang. L'HDL apoA-I est le principal activateur catalytique pour la LCAT.

À tel point que les souris soumises à un régime occidental et présentant des carences en LCAT et apoA-I ont développé une arthrose en raison de leur incapacité à produire un HDL convenable. Ces souris présentent aussi un risque élevé de maladie cardiovasculaire. Il est intéressant de constater que les souris présentant des carences en apoA-I, à la différence de celles présentant des carences en LCAT, ont fait état d'une grave réduction de la masse osseuse et une réticulation moindre du collagène. Cela suggère que l'apoA-I offre une protection et que toute carence prédispose à l'ostéoporose et aux fractures. Les chercheurs ont également constaté que les souris présentant des carences en apoE, apoA-I et LCAT étaient plus à risque pour la stéatose hépatique non alcoolique.

Les activités menées dans le cadre du projet ont permis d'élargir considérablement les connaissances sur la pathogenèse de l'arthrose et de l'ostéoporose. De nouvelles interventions thérapeutiques telles que la thérapie génique en cas de carence en apoA-I et d'autres méthodes axées sur les lipides en vue de traiter certaines maladies du foie peuvent désormais être envisagées. Des études analogues pourront aussi être utilisées pour révéler la pathogenèse des cancers des os.

Informations connexes

Mots-clés

Os, obésité, arthrose, ostéoporose, lipide, lipoprotéine