Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des médicaments antipsychotiques sûrs pour les enfants 

Le trouble des conduites est caractérisé par une infraction régulière des normes et des règles sociales associées à l'âge. Les enfants et les adolescents qui font régulièrement état de ce type de comportement antisocial sont placés sous antipsychotiques, dont la rispéridone.
Des médicaments antipsychotiques sûrs pour les enfants 
Le trouble des conduites est un problème de santé publique majeur, étant donné que les fonctions sociales, scolaires et professionnelles en pâtissent lourdement. L'utilisation de psychostimulants et autres antipsychotiques dans le traitement du trouble des conduites a été limitée en raison des effets neurologiques indésirables et des problèmes d'efficacité.

La rispéridone et l'aripiprazole représentent les traitements les plus prescrits, mais à ce jour, il n'existe aucune indication avérée de leur efficacité dans le traitement du trouble des conduites chez les enfants et les adolescents présentant un QI normal. Financé par l'UE, le projet PERS (Paediatric European risperidone studies) comptait mener des études cliniques pour combler les fossés en termes de connaissances par rapport aux effets secondaires endocrines et métaboliques, aux effets thérapeutiques, à la tolérance à long terme et à la sécurité.

D'importants progrès ont été faits pour mener de nouveaux essais cliniques. Les protocoles d'étude ont été finalisés alors que le rapport et les formulaires de consentement éclairés sont déjà prêts. Néanmoins, l'objectif d'obtenir une autorisation marketing à usage pédiatrique pour le traitement du trouble des conduites avec la rispéridone était impossible étant donné qu'ils étaient incapables de mener des essais cliniques. Cela était dû au rappel du produit test avant la distribution et l'initialisation de l'essai lors de la seconde période du projet.

La risperidone et l'aripiprazole sont des antipsychotiques non approuvés dont les données de sécurité sont rarement décrites. Les membres de PERS ont procédé à leur étude observationnelle axée sur le chercheur et sont parvenus à regrouper des patients atteints de trouble des conduites, de schizophrénie, de troubles bipolaires, d'autisme, de trouble obsessionnel compulsif, de trouble de déficit de l'attention et hyperactivité et du syndrome de Gilles de la Tourette.

Les chercheurs ont collecté des données substantielles sur les effets adverses associés à l'utilisation de ces médicaments antipsychotiques de seconde génération dans la population pédiatrique. La base de données générée est impressionnante et contient des informations détaillées sur les données cliniques, le style de vie, l'endocrinologie, la croissance et les mesures de laboratoire.

Quelques résultats préliminaires clés indiquent que l'utilisation de la rispéridone à long terme affecte la fonction hépatique et entraîne une hausse des taux de prolactine et une prise de poids. En outre, les médicaments antipsychotiques tels que l'olanzapine et la quétiapine augmentent également l'indice de masse corporelle et ont des effets secondaires cardiométaboliques. Cependant, l'interruption des médicaments a considérablement diminué le poids, réduit le tour de taille et l'indice de masse corporelle, et a amélioré les résultats métaboliques.

Les activités du projet ont enrichi les connaissances fondées sur des preuves en matière de sécurité et d'efficacité de ces antipsychotiques atypiques chez les enfants et les adolescents. La large diffusion des résultats de l'étude devrait contribuer à développer de meilleures lignes directrices pour la gestion pharmacologique des troubles psychiatriques chez les enfants. À terme, cela devrait améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille.

Informations connexes

Mots-clés

Antipsychotique, enfants, troubles du comportement, rispéridone, PERS