Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Réduire le dioxyde de carbone dans l'atmosphère

Le dioxyde de carbone (CO2) est l'un des principaux responsables du changement climatique. Des scientifiques mènent des expériences à grande échelle en vue d'améliorer la fiabilité et la sécurité de l'injection du CO2 provenant de la combustion des combustibles fossiles enfouis profondément dans le sol pour réduire le CO2 dans l'atmosphère.
Réduire le dioxyde de carbone dans l'atmosphère
Deux tiers des émissions de CO2 sont liés à la production d'énergie à partir de combustibles fossiles. Malgré les progrès réalisés en matière d'exploitation des sources d'énergie renouvelables, le passage de la combustion de combustibles fossiles à ces dernières prendra du temps. Le processus de capture et stockage du carbone (CCS) est l'un des moyens les plus prometteurs pour réduire considérablement à court et à moyen terme le rejet de CO2 dans l'atmosphère et pour inverser ou stopper l'impact des gaz à effet de serre.

Dans le processus CCS, le carbone est piégé par procédé de séparation des gaz, transporté par bateau ou oléoduc vers un site de stockage, puis injecté dans des formations géologiques profondes. Des scientifiques font progresser cette technique au niveau maturité technologique en procédant à des tests d'injection à grande échelle dans le cadre du projet TRUST soutenu par un financement de l'UE.

L'injection de CO2 est exploitée depuis des années pour la récupération assistée du pétrole car elle augmente la mobilité du pétrole et permet son dégagement du réservoir vers les puits de production. Nombre de ces réservoirs ont stocké du CO2 en toute sécurité pendant de longues périodes. TRUST utilise quatre tests d'injection de CO2 dans des capacités suffisantes pour envisager d'appliquer les résultats aux conditions industrielles. L'objectif est de renforcer la sécurité et la fiabilité d'un confinement à long terme tout en réduisant le coût.

Certains des partenaires s'emploient à améliorer l'efficacité énergétique du stockage. Les technologies de mesure et de surveillance maximiseront la sécurité et minimiseront le risque. Un puits d'injection et un puits de surveillance sont déjà forés et parfaitement équipés pour permettre une surveillance à la pointe de la technologie. Un troisième puits sera foré pour y installer de nouvelles technologies de surveillance et méthode d'avancement («derrière le boîtier»). Les ensembles de données complètes provenant des sites pilotes sont utilisées pour améliorer la capacité prédictive et la performance des modèles et simulations informatiques.

TRUST traite également les principaux points non scientifiques relatifs à l'acceptation par le public, la participation communautaire, les procédures d'autorisation et la réglementation. Une plateforme de gestion des risques a été développée afin de servir d'interface avec les autorités réglementaires. Le projet met au point un modèle de type «table-top», une sorte de version dynamique d'une maquette architecturale, pour démontrer le processus CCS. Les partenaires ont déjà organisé un cours de formation sur le stockage du CO2 et un atelier sur le stockage de base du CO2 d'un puissant simulateur à traitement massivement parallèle.

Le changement climatique fait partie des problèmes les plus pressants du XXIe siècle. Favoriser l'adoption généralisée d'une technologie CCS sûre et fiable aura un impact considérable sur l'avenir de notre planète.

Informations connexes

Mots-clés

Dioxyde de carbone, CO2, capture et stockage du carbone, tests d'injection