Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Une tenue et un casque intelligents pour sauver les motocyclistes en cas d'accident

Les motos sont le seul mode de transport dont le nombre d'accidents a augmenté au cours des 10 dernières années. Les systèmes d'e-appel ont montré qu'ils accéléraient la réaction, mais la surveillance en temps réel des signes vitaux pourrait servir à préparer l'intervention des services d'urgence. Le projet I-VITAL, financé par l'UE, a créé un tel système, capable d'être intégré aux casques et aux tenues.
Une tenue et un casque intelligents pour sauver les motocyclistes en cas d'accident
«Le système du projet I-VITAL (Smart Vital Signs and Accident Monitoring System for Motorcyclists Embedded in Helmets and Garments for eCall Adaptive Emergency Assistance and Health Analysis Monitoring) est fait de deux parties principales, que nous nommons des kits, et d'une application pour smartphone», déclare Rafael Maestre Ferriz, coordinateur du projet et directeur du département d'électronique au CETEM en Espagne. «Le kit I est le système I-VITAL pour le casque, le kit II est destiné à la tenue.»

Les kits s'utilisent séparément ou associés. Ils utilisent des capteurs similaires pour surveiller les signes viraux et détecter les accidents, un circuit pour l'acquisition et le traitement des données, et une liaison sans fil par BLE (Bluetooth low energy) avec le smartphone du pilote.

«Une application dédiée tourne sur le smartphone. Les kits lui envoient des informations sur l'état de santé du pilote, et elle détecte les collisions. En cas d'accident l'appli déclenche automatiquement un eAppel. Le pilote communique ainsi sa situation, sans nécessiter d'autre action. Mais le plus important, c'est que le système envoie automatiquement les informations de base en rapport avec l'accident, ainsi que d'autres données de santé spécifiques à I-VITAL», explique M. Maestre.

Tous les éléments partagent les mêmes techniques, mais ils ont été personnalisés en fonction du kit qui les utilise, en tenant compte des contraintes et des limitations physiques. Le système collecte des informations de surveillance et de variabilité du rythme cardiaque, ainsi que la température et l'humidité. La tenue peut en plus détecter le rythme respiratoire, et le casque intègre une électronique pour détecter l'inconscience en cas d'accident.

Tous ces capteurs ont besoin d'être alimentés en permanence, aussi le consortium a délaissé les batteries classiques pour mettre au point des techniques de collecte d'énergie spécifiques à chaque kit. Le casque génère de l'électricité à partir du vent, et la tenue intègre des cellules solaires.

Une révolution technique

Contrairement aux accidents d'automobile, qui ont bénéficié de longues recherches de R&D et de mesures de sécurité, les accidents de moto sont très imprévisibles. «Pour beaucoup d'accidents, il n'y a pas de corrélation homogène entre les dommages subis par le véhicule et les blessures du pilote. Il arrive que le pilote soit séparé de la moto, et la détection d'un impact sur la moto n'a rien de commun avec ce qui arrive au pilote», souligne M. Maestre.

Ces points s'opposent aux caractéristiques des meilleurs systèmes d'eAppel. Ils utilisent en général des capteurs uniquement sur la moto, même si le système Schuberth RiderEcall les associe avec un capteur placé sur le casque.

«Le problème tient à ce qu'un choc violent sur le corps du pilote peut ne pas être détecté par les capteurs du casque ou de la moto. Comme l'état du pilote est plus important que celui de la moto, la détection d'un accident et l'estimation de sa gravité doivent être liés au pilote, et il faut suivre à la fois son corps et sa tête», poursuit M. Maestre. «C'est justement ce qui distingue le système I-VITAL des autres solutions: en l'absence de voix, les services d'urgence ne sauront pas s'il s'agit d'un problème technique ou à quel point le pilote est touché.»

I-VITAL se distingue également par sa capacité à informer en temps réel sur les signes vitaux du pilote. Ces informations sont disponibles dans l'application I-VITAL, et le pilote peut les utiliser de plusieurs façons. Par exemple, si son rythme cardiaque dépasse un seuil donné, il sera averti d'être plus prudent. Et si le rythme devient trop lent, il recevra un avis pour s'arrêter.

Enfin, certaines fonctions ont été ajoutées pour le pur plaisir, par exemple une estimation du niveau de plaisir atteint pendant la balade. Le pilote peut consulter cette information lorsqu'il s'arrête.

Nouveau financement, nouvelles opportunités

Le projet pourrait avoir été terminé en octobre, mais le consortium a encore de nombreux plans prévus. «Nous recherchons d'autres financements pour transformer en produits finis les prototypes d'I-VITAL», déclare M. Maestre. «Les projets de l'UE sont parmi les premières options que nous envisagerons, mais le mieux serait de trouver une solide entreprise du secteur pour nous soutenir.»

Il souligne également qu'il reste du travail à faire et que le système peut encore être amélioré. «Par exemple, les signes vitaux peuvent être traités davantage pour extraire d'autres variables permettant de déterminer le stress et l'attention du pilote. Les algorithmes associés sont propriétaires et ne peuvent être divulgués.»

«Nous avons aussi trouvé des méthodes plus astucieuses pour faire les choses et obtenir encore plus d'avantages. Cependant, ceci nécessitera plus de travaux et d'investissements, et il est clair qu'il reste encore du travail avant d'arriver à la commercialisation. Heureusement, les partenaires du projet sont en général convaincus que le résultat en vaut la peine.»

Deux partenaires du projet, NZI (fabricant de casques) et Lookwell (tenues), ont étudié les possibilités d'exploitation et les options de commercialisation. Ils se sont déjà rapprochés de grands constructeurs et marques, mais cela reste à concrétiser et ne peut être divulgué actuellement. Tout dépendra des fonds disponibles et de l'intérêt des clients potentiels, mais début 2018 pourrait être une date réaliste pour la commercialisation.

Mots-clés

Motocyclette, sécurité, casque évolué, système d'e-appel