Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Améliorer les prévisions de l'impact du réchauffement de la planète

Une étude européenne a tenté de résoudre les problèmes des modèles d'évaluation intégrée pour la prévision des effets économiques du changement climatique. Le projet a révélé plusieurs doutes quant aux effets dans certaines régions, et mis au point des techniques de modélisation plus précises.
Améliorer les prévisions de l'impact du réchauffement de la planète
Les modèles d'évaluation intégrée sont très utilisés dans les sciences environnementale et atmosphérique, du moins depuis les années 1980. Toutefois, les nombreuses faiblesses du modèle, dont des fonctions de dommages simplistes, rendent imprécise l'étude de l'impact du réchauffement de la planète.

Le projet CLI-EMA («Climate change impacts – Economic modelling and assessment»), financé par l'UE, a tenté de combler les lacunes des modèles d'évaluation intégrée. Composé d'un seul membre, le projet a duré trois ans, pour s'achever en avril 2014. Après une analyse des ouvrages en la matière, il a fallu intégrer les résultats à des modèles plus détaillés quant à l'impact sur le changement climatique. L'un des objectifs visait à prévoir les dégâts provoqués par le réchauffement climatique à venir. Par ailleurs, l'équipe a prévu de fournir un nouveau modèle d'évaluation intégrée pour analyser les coûts et les avantages d'une stabilisation des gaz à effet de serre à un niveau relativement bas.

L'apport du projet a ainsi été considérable, notamment en ce qui concerne l'estimation des effets du changement climatique sur l'agriculture au Brésil, en Europe, en Italie et aux États-Unis. Le projet a également porté sur les preuves des limites climatiques qui, si elles sont dépassées, pourraient lourdement endommager l'agriculture. Le projet a été le premier à établir l'impact du changement climatique sur la migration des ménages d'Afrique rurale grâce à des méthodes transversales.

Parmi les autres résultats importants, une série d'articles tirent les conclusions ci-dessous. Les modèles de l'impact du changement climatique sur l'économie de l'agriculture qui assurent le suivi des températures et des précipitations moyennes sont supérieurs à ceux qui utilisent des paramètres tels que les degrés et les jours. La valeur du sol américain ne chute pas subitement une fois qu'une limite de température est atteinte. Elle décline progressivement en fonction de la hausse des températures. L'agriculture brésilienne pourrait être lourdement touchée par le changement climatique; l'utilisation récente de variétés de soja résistantes à la chaleur a permis d'augmenter la productivité, mais aussi la sensibilité globale au réchauffement.

L'Europe pourrait subir des pertes agricoles suite au changement climatique. Ces pertes seront plus importantes dans le sud, alors que le nord de l'Europe pourrait en tirer des avantages. Les modèles de migration rurale au Nigeria et au Ghana pourraient n'être que légèrement touchés. Il existe une grande inconnue quant à l'influence du climat à l'échelle régionale; les données disponibles pourraient ne pas représenter toutes les possibilités ni la véritable complexité de la situation.

Sur la base de ces inconnues, les nouvelles méthodes de recherche du projet et les estimations de l'impact pourraient être utiles aux chercheurs et aux politiciens.

CLI-EMA a permis une modélisation plus précise des effets du changement climatique sur l'agriculture et l'économie.

Informations connexes

Mots-clés

Modèles d'évaluation intégrés, effets économiques, réchauffement de la planète, modélisation économique