Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un réseau mondial étudie la qualité de l'air et le changement climatique.

Des chercheurs ont mis en place un réseau opérationnel pour étendre à l'échelle mondiale la recherche sur la qualité de l'air et le changement climatique. Ce réseau harmonisera la documentation des données d'observation, formera des chercheurs à la transmission des données et à l'utilisation des produits associés, soutiendra la recherche, et ouvrira l'accès à des installations scientifiques.
Un réseau mondial étudie la qualité de l'air et le changement climatique.
La qualité de l'air et le réchauffement planétaire sont influencés par des facteurs comme le rayonnement solaire ou de l'atmosphère (tels que les aérosols, les nuages et les gaz à effet de serre), avec des conséquences négatives sur la santé et l'environnement. L'accès libre à des données de qualité pourrait renforcer la recherche visant à réduire ces effets nuisibles.

Le projet ACTRIS (Aerosols, clouds, and trace gases research infrastructure network) a mis en place une infrastructure de recherche coordonnée proposant des données obtenues par le biais du Système d'observation de la Terre sur de longues périodes. Le Système d'observation de la Terre a étudié la surface de la terre, la biosphère, l'atmosphère et les océans sur une longue période.

Le projet ACTRIS voulait proposer un accès mondial au Système d'observation de la Terre, pour que les chercheurs du monde entier puissent exploiter tout son potentiel dans leurs études sur le changement climatique et la qualité de l'air. L'équipe s'est concentrée principalement sur la formation et le développement de techniques, d'outils et d'infrastructures normalisés. Elle a assuré leur compatibilité avec l'ensemble des processus expérimentaux, pour répondre aux besoins des chercheurs du monde entier.

Les partenaires du projet ont mis au point de nouveaux outils d'intégration permettant d'exploiter totalement plusieurs techniques dans les stations au sol. Ils ont notamment étudié l'étalonnage, la validation et l'intégration de capteurs sur satellites, et amélioré les paramètres utilisés dans les modèles climatiques et de qualité de l'air appliqués à l'échelle régionale et mondiale. Le projet ACTRIS a également publié des meilleures pratiques de collecte et gestion des données, et encouragé via de nouveaux partenariats le développement de méthodes innovantes d'observation des aérosols, des nuages et des gaz à l'état de traces.

Un centre de données dédié a donné libre accès sur son réseau à des données de recherche sur le climat et la qualité de l'air, et encouragé la création de rapports sur les données d'observation. Il a aussi proposé des outils permettant d'améliorer et de faciliter l'utilisation des observations sur l'atmosphère, en privilégiant la combinaison de variables atmosphériques clés et de leurs paramètres, pour procéder à des évaluations du changement climatique et à des prévisions météorologiques.

Le projet ACTRIS a amélioré la capacité des réseaux internationaux à observer les aérosols et les gaz à l'état de traces. Il a contribué à l'harmonisation des observations, à l'assurance qualité, et au développement et à la mise en œuvre de protocoles de mesure inédits ou améliorés. Il a aussi tenu un rôle clé dans l'implémentation de stratégies de surveillance de ces programmes internationaux.

Grâce à son approche intégrée, ACTRIS s'imposera comme une infrastructure de référence majeure. Des rapports plus étroits avec les États-Unis, et la collaboration avec des PME, encourageront le développement de techniques innovantes pour valider les politiques relatives à la qualité de l'air et au changement climatique. Ces efforts participeront également à renforcer la compétitivité internationale des PME de l'UE.

Informations connexes

Mots-clés

Qualité de l'air, changement climatique, aérosols, nuages, gaz à l'état de traces, Système d'observation de la Terre, infrastructure de recherche