Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Comprendre la dynamique du réseau trophique océanique

Des chercheurs ont utilisé une approche multidisciplinaire pour mesurer les effets du changement climatique et de l'activité anthropique sur les réseaux trophiques dans l'océan.
Comprendre la dynamique du réseau trophique océanique
Le plancton est l'ensemble des organismes microscopiques marins du règne végétal (phytoplancton) et animal (zooplancton) qui forment une partie essentielle des réseaux trophiques pélagiques. En bas de la chaîne alimentaire, le phytoplancton est le principal producteur qui transforme les rayons du solaire en carbone. Puisque le zooplancton mange le phytoplancton et est ensuite mangé par des organismes supérieurs comme les poissons, ils jouent un rôle important dans la connexion des réseaux trophiques.

Le projet ISOZOO («Isotopes of zooplankton to measure climate and human impacts on pelagic food webs»), financé par l'UE, a analysé les conditions environnementales affectant les structures de réseau trophique entre le phyto- et le zooplancton.

Pour stimuler l'effet des futurs océans pauvres en nutriments, les chercheurs ont prélevé des échantillons et caractérisé des structures de réseau trophique dans les océans comprenant des environnements riches et pauvres en nutriments. En utilisant des données provenant de la mer Méditerranée et des océans Pacifique Sud et Nord et Atlantique Sud, les chercheurs ont confirmé que les chaînes alimentaires étaient plus longues dans les environnements pauvres en nutriments que dans les environnements plus riches.

Étant donné la perte énergétique à chaque maillon de la chaîne alimentaire, la longueur de la chaîne a un effet important sur les prédateurs à l'extrémité de celle-ci. Les environnements riches en nutriments où vivent de nombreuses espèces de phytoplancton très actif nécessitent moins de maillon (ou niveau) trophique et entraîne une plus grande d'animaux et de poissons.

En revanche, dans les environnements pauvres en nutriments, la faible productivité primaire du phytoplancton entraîne une chaîne plus longue, avec une perte énergétique à chaque niveau ainsi qu'une biomasse de prédateurs plus petite au bout de la chaîne.

ISOZOO exploitera les relations nutritionnelles connues du zooplancton-phytoplancton pour développer un indice de réseau trophique de zooplancton afin de suivre les changements climatiques au niveau des environnements océaniques. Enfin, les chercheurs espèrent que leurs données seront intégrées dans des modèles écosystémiques pour renforcer la gestion des réseaux trophiques océaniques entre les changements prédis pour les disponibilités de nutriments dans les océans.

Informations connexes

Mots-clés

Réseau trophique océanique, phytoplancton, zooplancton, pélagique, chaîne alimentaire, impacts anthropiques