Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

À la recherche de nouveaux moyens de développer l’industrie aquacole de l’UE

Le projet DIVERSIFY financé par l’UE contribue au développement durable de l’industrie aquacole européenne en favorisant la diversification des espèces et le développement de produits.
À la recherche de nouveaux moyens de développer l’industrie aquacole de l’UE
L’aquaculture en Europe est actuellement incapable de combler la demande croissante de produits aquatiques. En fait, le secteur de l’aquaculture européenne ne fournit que 10°% de la consommation totale de fruits de mer de l’UE, ce qui s’avère insuffisant. En percevant une occasion d’aider à accroître ses parts de marché sur le secteur, le projet DIVERSIFY (Exploring the biological and socio-economic potential of new/emerging candidate fish species for the expansion of the European aquaculture industry), financé par l’UE, cherche à développer l’industrie aquacole européenne. Pour mener cet objectif à bien, le projet révolutionne les techniques et méthodologies scientifiques qui optimiseront l’élevage et la production d’espèces de poissons nouvelles ou émergentes et établit également une gamme d’initiatives marketing qui visent à attirer les consommateurs.

«L’objectif du projet DIVERSIFY est de promouvoir la diversification des espèces de l’industrie aquacole européenne en de contribuer ainsi à son développement durable», déclare le Dr Constantinos C. Mylonas, coordinateur du projet.

Six espèces prometteuses

Le projet a identifié six espèces de poissons nouvelles ou émergentes: le maigre, la grande sériole, le mérou, le flétan de l’Atlantique, le mulet gris et le sandre. «Ces espèces étant soit de grande taille, soit à croissance rapide, elles constituent des candidats idéaux pour être transformés en une variété de produits, offrant aux consommateurs une plus grande diversité de choix ainsi que de nouveaux produits à valeur ajoutée», explique le Dr Mylonas.

Cependant, avant que ces nouveaux produits ne puissent être lancés, les chercheurs ont d’abord dû résoudre des problèmes de production tels que le contrôle de la reproduction, les méthodes d’élevage des larves, l’optimisation des systèmes de recirculation d’eau pour l’élevage en aquaculture, les méthodes d’alimentation et l’identification des principaux pathogènes. Par exemple, dans le cas de la grande sériole, les chercheurs ont dû développer des méthodes novatrices pour contrôler leur reproduction en captivité, la production sur demande d’œufs fertilisés et la production d’un grand nombre de poissons juvéniles. «Nous en sommes finalement au point où, après des décennies d’intérêt et d’efforts épars pour commercialiser ces espèces en Europe, nous pouvons désormais passer à la production industrielle et à la commercialisation», déclare le Dr Mylonas.

On peut observer un autre exemple de réussite du projet avec le maigre, qui était une espèce émergente et qui est devenu une option de marché viable pour le secteur aquacole. Après confirmation que les stocks de géniteurs captifs disponibles sont appropriés pour les programmes de sélection des reproducteurs, les chercheurs ont développé l’élevage et les outils moléculaires nécessaires à la mise en œuvre de cette sélection au niveau de l’exploitation.

En plus de la recherche spécifique aux espèces, le projet comprend également un composant socio-économique. Ici, les chercheurs s’intéressent, entre autres, aux nouvelles opportunités de marché pour les nouvelles espèces et cherchent à développer des modèles commerciaux basés sur des études de consommateurs et des essais de marketing en ligne. Jusqu’à présent, des informations ont été générées afin d’identifier les idées les plus prometteuses pour de nouveaux produits de poissons à partir des espèces du projet pour le marché européen.

Des objectifs atteints

Actuellement dans la dernière année du projet, DIVERSIFY a produit un ensemble de connaissances scientifiques importantes qui aident l’aquaculture européenne à diversifier sa production et à accroître ses parts de marché. «Le projet DIVERSIFY a déjà tenu presque toutes ses promesses et a démontré que la diversification est non seulement possible mais qu’elle est également une nécessité pour l’aquaculture européenne», a déclaré le Dr Mylonas.

Malgré ce succès, il reste encore du travail en ce qui concerne la diversification de l’aquaculture européenne. Le consortium dirige maintenant son attention vers le futur en identifiant les recherches nécessaires pour s’occuper de problèmes de production supplémentaires et peut-être étudier d’autres espèces nouvelles ou émergentes. Quoi qu’il advienne, les objectifs de DIVERSIFY ont été atteints: fournir les outils nécessaires à la diversification de l’industrie aquacole européenne et assurer une sécurité alimentaire, une production durable et des fruits de mer de grande qualité à des prix abordables.

Informations connexes

Mots-clés

DIVERSIFY, aquaculture européenne, poisson osseux, durabilité, poisson, fruits de mer