Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le projet GAMMA détient les clés de la gestion du trafic aérien du futur

Le ciel unique européen (SES pour Single European Sky) a considérablement amélioré la gestion du trafic aérien en Europe, tandis que le SESAR a réuni près de 3 000 experts pour se concentrer sur la nouvelle génération de gestion du trafic aérien. Récemment, le projet GAMMA est allé plus loin en abordant les problèmes de sécurité qui subsistent dans les nouveaux scénarios mondiaux de gestion du trafic aérien.
Le projet GAMMA détient les clés de la gestion du trafic aérien du futur
GAMMA reprend à peu de différences près le travail sur la sécurité de la gestion du trafic aérien développé par SESAR1. Profitant du cadre méthodologique présenté, le projet évalue la sécurité de la gestion du trafic aérien dans une perspective système à système, explore les possibilités technologiques et opérationnelles et propose une solution de sécurité qui lui est propre.

«GAMMA a adopté des technologies innovantes qui ont été appliquées à leur tour à différentes applications dans le domaine de la sécurité de la gestion du trafic aérien. Mais je dirais que l’aspect le plus innovant du projet réside dans la manière dont ces diverses applications sont réunies pour permettre des concepts nouveaux et innovants de gestion collaborative de la sécurité de la gestion du trafic aérien», explique Giuliano d’Auria, coordinateur du projet pour le compte de Leonardo – la société italienne de haute technologie anciennement connue sous le nom de Finmeccanica.

La méthodologie de GAMMA a suivi un flux d’activités bien défini, partant de l’évaluation de la menace et poursuivant sur la définition de l’architecture, la conception des prototypes et les exercices de validation. Au total, sept prototypes ont été développés. Ils ont d’abord été validés en configuration autonome pour évaluer leurs performances individuelles avant d’être géo-intégrés dans un ensemble de prototypes pour des environnements complexes afin de valider des scénarios impliquant les principes collaboratifs définis par le projet.

«Les validations indépendantes ont démontré que les prototypes étaient capables d’améliorer la sécurité du système de gestion du trafic aérien spécifique et de soutenir la mise en œuvre de principes de collaboration plus larges pour la gestion de la sécurité de la gestion du trafic aérien», explique d’Auria. «Les intervenants et les experts impliqués dans un exercice de validation appliquant le concept GAMMA à des scénarios civilo-militaires, par exemple, ont reconnu que le système permettait une réaction militaire précoce en cas de détournement de vol, ce qui économiserait un temps précieux pour le décollage des chasseurs.»

Les mesures effectuées pendant l’exercice ont révélé un gain de temps de réaction de presque 4 minutes, selon d’Auria. La validation effectuée sur un autre exercice impliquant un partage d’informations au niveau européen a démontré que la configuration GAMMA permettait d’activer des contre-mesures en moins de 2 minutes.

Dans l’ensemble, la solution de sécurité de la gestion du trafic aérien de GAMMA parvient à se développer à partir des principes et concepts de gestion de la sécurité dans un environnement collaboratif multipartite tout en tenant compte des cadres juridiques internationaux et européens actuels et des contraintes imposées par le respect de la souveraineté nationale.

La vision de la gestion collaborative de la sécurité de la gestion du trafic aérien est largement acceptée comme principe guidant la mise en œuvre d’un cadre de sécurité de la gestion du trafic aérien en Europe. Comme le souligne d’Auria, GAMMA contribue aux discussions sur la forme future de la gestion de la sécurité de la gestion du trafic aérien en montrant comment s’appuyer sur ces principes généralement acceptés, en explorant leurs implications et possibilités technologiques et opérationnelles.

«La feuille de route pour la gestion collaborative de la sécurité de la gestion du trafic aérien est toujours élaborée par les institutions européennes et les parties prenantes. GAMMA contribue à cette feuille de route en fournissant des données concrètes sur la façon dont le système pourrait fonctionner et en soulignant les possibilités offertes», dit-il.

De nombreux prototypes de GAMMA s’inscrivent dans une feuille de route internationale définie visant à améliorer la sécurité de l’application spécifique. La route à suivre pour ces prototypes est donc bien définie, selon d’Auria. Pour les autres prototypes où la feuille de route est encore en cours de développement, il insiste sur le fait qu’il faudra encore beaucoup travailler pour influencer la définition du futur cadre de sécurité.

Informations connexes

Mots-clés

GAMMA, SESAR, ATM, sécurité