Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des produits chimiques durables à base d'algues

Un projet financé par l'UE a construit avec succès une installation qui utilise des algues pour recycler les émissions industrielles de dioxyde de carbone (CO2) en produits chimiques de valeur.
Des produits chimiques durables à base d'algues
Connues depuis longtemps pour leur capacité à produire un grand nombre de composés bioactifs différents, les microalgues sont très prometteuses pour les nouveaux produits des industries chimiques et pharmaceutiques, ainsi que dans les secteurs de l'alimentation et de l'énergie. De plus, le taux de croissance des algues est rapide dans les environnements riches en CO2.

Le projet financé par l'UE BISIGODOS, qui implique 15 autres partenaires de toute l'Europe, a été créé pour sélectionner et cultiver de nouvelles variétés de microalgues afin de faciliter l'optimisation de l'extraction de produits à haute valeur ajoutée pour l'industrie.

Consommer le CO2 émis par l'industrie

BISIGODOS révolutionne l'utilisation des émissions de carbone industrielles. Le projet a réussi à alimenter les algues de photobioréacteurs avec du CO2 provenant directement des émissions industrielles pour finalement obtenir différentes substances pour la production d'adhésifs, de peintures et d'encres. À cette fin, les chercheurs ont amélioré les souches algales, réaménagé les photobioréacteurs et mis au point des moyens de séparer et de purifier les composants algaux.

Dans le prototype de BISIGODOS, les microalgues marines transforment efficacement le CO2 et la lumière du soleil en kilogrammes de biomasse. Les chercheurs extraient ensuite les lipides des cellules algales pour les convertir en acides gras. Ceux-ci sont utilisés pour produire des adhésifs et des résines biosourcés pour des emballages flexibles et durables.

Les cellules d'algues sans graisse restantes sont ensuite utilisées pour produire des acides aminés pour les industries alimentaires et cosmétiques. Différents produits chimiques dérivés d'algues sont également utilisés pour les peintures anticorrosives, les résines biosourcées pour les encres et les composés pour l'industrie des soins capillaires.

Surmonter les défis

L'un des problèmes les plus critiques auxquels était confronté le consortium consistait à séparer les composants d'algues de la phase liquide. «Le processus de séparation dépend des propriétés physiques ou chimiques du composant. Tout changement dans les propriétés comme le type de biomasse, la température, la teneur en eau ou le catalyseur utilisé modifie la composition du produit et peut conduire à différentes étapes de séparation», souligne Ana Palanca, coordinatrice du projet.

Un autre aspect important était le coût élevé des produits à base d'algues par rapport à ceux dépendant de matières premières fossiles. «Le coût important de la culture des microalgues peut freiner le développement ou se révéler être un obstacle à l'exploitation commerciale de cette technologie prometteuse. Le défi de réduire les coûts des produits dépend de la compétitivité future de la biomasse et du traitement en aval», souligne Ana Palanca.

Bien qu'il reste encore beaucoup à accomplir pour progresser, les produits à base d'algues ont révélé un potentiel important par rapport à leurs homologues à base de pétrole. Par exemple, les algues peuvent être utilisées comme source alternative de protéines, car en plus de la teneur élevée en protéines, elles sont également riches en vitamines et minéraux. Les microalgues sont également une source de surfactants naturels à la fois biodégradables et moins chers.

L'attrait des algues réside dans leur capacité à contribuer à la réduction des gaz à effet de serre tout en servant de matière première pour la production de produits de valeur. Le processus avancé de BISIGODOS transforme efficacement les microalgues en produits chimiques biosourcés afin de maximiser la valeur des bioproduits et réduire les déchets de CO2.

Informations connexes

Mots-clés

BISIGODOS, microalgues, CO2, biomasse, acides gras