Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les femmes dirigeantes dans les dynasties politiques

Les dynasties politiques peuvent être bonnes pour la carrière des femmes politiques ou peuvent leur être défavorables. Une étude détaillée révèle les relations complexes qui affectent l'avenir de ces femmes comme dirigeants politiques.
Les femmes dirigeantes dans les dynasties politiques
Récemment, des femmes sont apparues comme des figures centrales dans les partis politiques, tendant vers l'objectif de l'égalité des sexes dans tous les domaines. Cela se manifeste notamment clairement dans les dynasties politiques démocratiques où les femmes ont dépassé les hommes politiques dans leur famille. Le projet financé par l'UE FAMGENPO (Family politics, party politics, and gender politics: Comparing five cases) a comparé cinq cas où ce phénomène est apparu. Il s'est concentré sur trois cas clés: Hillary Clinton (États-Unis), Tzipi Livni (Israël) et Marine Le Pen (France).

Le projet a documenté des évènements dans les partis politiques respectifs, a mené des entretiens au sein des partis et a analysé le contenu des médias. Il a étudié pourquoi le public accepte et/ou adopte les femmes politiques des dynasties politiques, y compris l'acceptation et le rejet par les membres du parti et les électeurs.

La recherche s'est axée sur la manière dont, dans l'enseignement européen, les concepts de représentation parentale et les conseils d'étudiants sont organisés autour des partis politiques. Il a été constaté que l'activisme étudiant universitaire est essentiel dans la production de politiciens de parti dans le futur. En revanche, la structure du gouvernement fédéral américain s'oppose à tout lien direct entre l'activisme du parti local et national.

D'autres recherches ont montré comment Le Pen a bénéficié dans sa carrière du fait qu'elle était née dans le parti fondé par son père. Livni n'a cependant pas affiché la même popularité comme une fille politique et n'a pas pu utiliser sa féminité seule comme avantage par rapport aux autres candidats. Clinton, en revanche, a souffert de critiques populistes antiélitistes et de l'héritage contaminé son mari, malgré la mise en évidence d'une vie dédiée au parti plutôt qu'un mariage avec ce parti.

Le projet a également porté sur le Front National de France, analysant les différences de genre, de génération et d'idéologie entre les partis et les candidats. Cela a facilité la compréhension de la dynamique entre l'adhésion politique dynastique et le populisme, mais aussi entre les sexes et l'extrême droite, la droite radicale, la race, le conservatisme social et de classe.

Une conclusion clé était que les femmes des dynasties politiques pourraient très bien devenir des leaders populistes dans l'environnement correct, comme c'est le cas pour Le Pen. Cependant, le cas de Livni montre que ne pas incarner l'héritage d'un parti, d'une personne ou d'un programme nuit à la réussite alors que le fait pour Clinton de faire partie de l'«old establishment» a également joué contre elle.

Informations connexes

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

Femmes dirigeantes, dynasties politiques, femmes politiques, FEMGENPO, politique et famille, politique et genres