Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La recherche sur l'ostéoarthrite au niveau cellulaire

L'ostéoarthrite conduit à la détérioration chronique du cartilage des articulations. Les chercheurs se sont penchés sur la cellule responsable de la formation du cartilage, le chondrocyte, dans le but d'identifier une thérapie plus ciblée pour la cause la plus courante de handicap en Europe.
La recherche sur l'ostéoarthrite au niveau cellulaire
Étant donné qu'il n'existe pas encore de thérapie durable globale pour l'ostéoarthrite, on doit se pencher sur les protéines des canaux d'ion du chondrocyte (channelome) ainsi que la membrane de la cellule, le membranome et son composant de surface, le surfaceome. Essentiels pour la fonction et la survie du chondrocyte, les changements corrélatifs dans l'expression et la fonction du canal ionique lors du développement de l'ostéoarthrite pourraient conduire à une meilleure compréhension des mécanismes de contrôle et l'identification des biomarqueurs pour la maladie.

Le projet CHONDRION (Chondrocyte ion channel function and regulation in health and disease) a utilisé la transcriptomique, la protéomique, la bioinformatique et l'électrophysiologie de cellules vivantes afin de mieux caractériser le membranome de cellules progénitrices saines et ostéoarthritiques impliquées dans le développement de la maladie.

Les chercheurs ont optimisé les méthodes afin d'enrichir les molécules à la surface de la cellule. La modification d'une technique d'isolation des protéines de surface a permis de localiser près de 80 % des protéines identifiées sur la surface, contre 30 % en utilisant d'autres méthodes de séparation. La collecte de données est toujours en cours et l'analyse promet d'identifier de nouveaux biomarqueurs pour le développement de l'ostéoarthrite.Grâce à la comparaison des canaux ioniques de l'expression de l'ARN messager des cellules malades et saines, plus de 100 gènes ont été identifiés. Le plus évident a été découvert dans un canal ionique spécifique dépendant du calcium, et CHONDRION a confirmé que le modèle d'expression était également évident au niveau protéique.

Afin de caractériser la différence électrophysiologique entre les cellules de l'ostéoarthrite et les cellules du chondroprogéniteur sain, les chercheurs ont mis au point une nouvelle méthode, la diélectrophorèse 3D, qui fournit des informations sur la membrane et la conductivité du cytoplasme au niveau de la population. Suite à l'administration d'un inhibiteur et d'un activateur identifiés dans un canal ionique, les résultats ont montré des différences dans la réponse cellulaire et le potentiel de repos de la membrane.

Les premiers articles de recherche sur l'expression de la protéine de canal ionique et le membranome devraient être publiés. Le résultat principal de CHONDRION est l'identification de nouveaux biomarqueurs de membrane plasmique pour la détection précoce et la surveillance des changements inflammatoires dans l'ostéoarthrite. Le développement de nouvelles méthodologies pour la caractérisation des changements dans le chondrocyte peut servir à une recherche future.

Informations connexes

Mots-clés

Ostéoarthrite, chondrocyte, canal ionique, membranome, CHONDRION, biomarqueur