Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les toits verts éliminent les gaz industriels

Des chercheurs européens ont mis au point une solution biologique pour éliminer les composés organiques volatils (COV) émanant de petites et moyennes entreprises (PME).
Les toits verts éliminent les gaz industriels
Les COV sont des produits chimiques à base de carbone qui sont largement utilisés dans les activités industrielles telles que l'application de vernis ou de peinture, l'impression et le nettoyage. En présence d'oxyde d'azote (NOx) et de soleil, les COV produisent de l'ozone toxique au niveau du sol.

Ce problème lié aux émissions a fait l'objet du projet GRABGAS (Green roofs that clean SME industrial gas containing low and variable concentrations of volatile organic compounds), financé par l'UE, qui visait à utiliser des toits verts exploitant la rhizodégradation et la photocatalyse pour traiter de petits volumes de déchets industriels dans l'air.

La rhizodégradation utilise les racines des plantes, les micro-organismes et le sol pour dégrader naturellement et simultanément plusieurs COV en dioxyde de carbone et en eau. GRABGAS a pu s'adapter au changement de concentration et ainsi rendu les mélanges COV plus biodégradables grâce à un traitement photocatalytique préalable à base d'oxyde de titane dopé avant la rhizodégradation.

L'équipe a mis au point des modèles mathématiques qui ont simulé le flux d'air, la perte de charge et la température sur un prototype de rhizofiltre à l'échelle d'une plante pilote. L'analyse de la littérature a permis d'obtenir des informations complémentaires sur la biodégradation et favorisé la sélection des meilleures espèces de plantes candidates. Une expérience sur la capacité de biodégradation a également été effectuée. Elle a permis de concevoir un échantillon COV radiomarqué afin d'étudier le temps nécessaire à la dégradation des COV.

Pour stimuler la croissance des plantes et permettre la photocatalyse par le soleil, le système GRABGAS a été placé sur des toits industriels respectueux des normes européennes en matière de toits verts. Le flux d'air optimal à travers le rhizofiltre a été obtenu en présence d'un substrat autorisant le développement racinaire.

Le substrat présentait par ailleurs une vaste surface active pour la croissance des bactéries. Il était perméable à l'air et autorisait le stockage des COV. Cela permettra de maintenir la température et l'humidité internes dans une fourchette constante grâce à un scellage, une isolation et un drainage adaptés.

GRABGAS réduira les émissions de COV provenant des PME, les aidant ainsi à respecter les lois écologiques européennes. Le projet améliorera aussi la qualité de vie des habitants à proximité.

Informations connexes

Mots-clés

Toits verts, composés organiques volatils, GRABGAS, rhizodégradation, photocatalyse