Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le diagnostic précoce des troubles psychiatriques

Actuellement, le diagnostic de la schizophrénie et du trouble bipolaire est difficile à cause de la complexité de la gamme de symptômes. Un diagnostic précoce est essentiel pour améliorer radicalement les pronostics pour les patients.
Le diagnostic précoce des troubles psychiatriques
Le projet SCHIZDX (Developing minimally invasive, tools and technologies for high throughput, low cost molecular assays for the early diagnosis of schizophrenia and other psychiatric disorders), financé par l'UE, a développé le premier test moléculaire pour le diagnostic de la schizophrénie, VeriPsych®. Le test est commercialisé pour un diagnostic de la première apparition de la schizophrénie.

Comme il existe des preuves que des molécules «signature» du cerveau se reflètent dans les modifications du liquide céphalo-rachidien (LCR) et du sérum, les chercheurs se sont intéressés aux glycoprotéines, aux protéines et aux phosphoprotéines sur un ensemble de patients souffrant de schizophrénie, notamment des contrôles appropriés à la première apparition de schizophrénie chez des patients naïfs aux antipsychotiques.

Avec l'apparition de la schizophrénie, 24 protéines modifiées ont été identifiées. La comparaison sur les patients avec une première apparition de schizophrénie, naïfs aux médicaments, avant et après traitement avec des antipsychotiques, a montré une augmentation de deux protéines (lumican et apolipoprotéine) avec des modifications par glycosylation après traitement à l'olanzapine.

Des essais complémentaires suggèrent que les composés antipsychotiques avec des profils pharmacologiques se chevauchant ont probablement des signatures particulières de biomarqueur de réponse au traitement. Dans l'ensemble, sept candidats comme biomarqueurs de réponse au traitement ont été identifiés à l'aide de plusieurs profilages par immunoessai multiplexé.

Les chercheurs ont identifié d'autres biomarqueurs de la schizophrénie en utilisant un nouveau système d'hémoculture combiné à un panel d'immunoessais. Cela a abouti à un système pertinent sur le plan clinique pour identifier des biomarqueurs de réponse aux médicaments, ainsi que pour la découverte de nouveaux médicaments.

Les résultats des recherches menées dans le cadre de SCHIZDX ont été publiés dans un total de 21 articles et quatre autres ont été soumis. Les résultats du projet sont distribués de manière large également par le biais du site web du projet, qui est régulièrement mis à jour avec des comptes-rendus de réunions, des présentations, des rapports et des actes de conférences internationales.

Neuf brevets ont été déposés, incluant 51 marqueurs de la schizophrénie et 34 marqueurs différentiels de la schizophrénie à partir de plusieurs sources (cellules du sang périphérique, sang entier, sérum et autres sources de données obtenues par data mining).

La suite de biomarqueurs identifiée est également évaluée pour d'autres troubles psychologiques, dont le trouble bipolaire, diverses formes de dépression et l'autisme. Un test minimalement invasif et économique qui différencie les troubles avec des systèmes en chevauchement devrait permettre de fournir des traitements précoces et efficaces aux patients, augmentant ainsi les chances de retour à une vie normale après traitement.

Informations connexes

Mots-clés

Diagnostic précoce, schizophrénie, SCHIZDX, test moléculaire, biomarqueur