Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

De nouveaux anticorps thérapeutiques pour cœurs-en-détresse

Des chercheurs de l'UE ont mis au point un médicament candidat qui bloque les inflammations vasculaires, réduisant le risque de maladie cardiovasculaire (MCV) chez les patients. Une deuxième initiative de l'UE visait à poursuivre le développement et à enregistrer ce médicament pour une application clinique.
De nouveaux anticorps thérapeutiques pour cœurs-en-détresse
Les études ont montré que des niveaux faibles d'anticorps à la phosphorylcholine (anti-PC) peuvent indiquer un risque plus élevé de développement des MCV ainsi que de complications chez les patients existants. L'initiative de l'UE CVDIMMUNE a dès lors développé le médicament candidat PC-mAb, un anticorps monoclonal entièrement humain novateur capable de bloquer les inflammations vasculaires.

Le projet CARDIMMUN financé par l'UE a été créé pour poursuivre les découvertes scientifiques de CVDIMMUNE et mettre le médicament candidat PC-mAb en développement clinique et le proposer pour enregistrement sur le marché.

L'objectif global était de veiller à ce que PC-mAb atteigne un stade commercialement viable en démontrant une preuve d'activité chez les patients et en fournissant les documents nécessaires pour entrer dans un essai clinique de phase 2a (validation de principe). Pour atteindre ces objectifs, les partenaires du projet ont mené une série d'activités de soutien. Ces activités comprenaient des modèles de maladies précliniques pour démontrer l'efficacité du PC-mAb, permettant la traduction des modèles précliniques en prévention secondaire chez les patients souffrant de maladies cardiovasculaires.

Le bon profil de sécurité du PC-mAb a aussi été démontré dans des études toxicologiques et des profils pharmacocinétiques, soutenant une fois le dosage mensuel de PC-mAb dans les études cliniques de phase 1 chez des volontaires sains et des patients cible.

La maladie artérielle occlusive est une maladie chronique dans laquelle le risque d'événements graves comme une crise cardiaque et un accident vasculaire cérébral est élevé. Quand cela se produit dans un membre d'un patient, cela entrave gravement la mobilité des patients ainsi que leur qualité de vie, provoquant d'importantes douleurs, même au repos, et présentant même un risque élevé d'amputation des membres affectés.

Les résultats de cette étude chez les patients souffrant d'une maladie artérielle périphérique (MAP) grave subissant une revascularisation étaient positifs ; affichage d'une bonne sécurité et tolérabilité, ainsi que de propriétés anticorps soutenant une fois le dosage mensuel. Cela constituait la base pour la génération d'une preuve d'activité dans un groupe de patients cibles sélectionnés.

CARDIMMUN a considérablement augmenté l'attractivité de l'entreprise et la valeur du médicament candidat PC-mAb, assurant ainsi les plans pour lancer la prochaine étude de validation de principe.

Informations connexes

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

Maladie cardiovasculaire, PC-mAb, anticorps monoclonal, CARDIMMUN, maladie artérielle périphérique