Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Créer un marché pour le glycérol brut

Les chercheurs du projet GRAIL, financé par l'UE, travaillent à de nouvelles techniques et utilisations du glycérol brut, un sous-produit de la fabrication de biodiesel.
Créer un marché pour le glycérol brut
Suite aux législations favorables aux initiatives respectueuses de l'environnement, la production et la consommation de biodiesel augmentent à l'échelle mondiale. Du fait d'un processus de trans-estérification, cette augmentation de la production génère également une augmentation de glycérol brut. Le problème est que les usages actuels du glycérol découlant de la fabrication du biodiesel ne peuvent éponger la quantité fabriquée au niveau mondial. En conséquence, une grande quantité de glycérol brut inutilisé s'accumule tous les ans, au point qu'il devient un «déchet» plutôt qu'un sous-produit de valeur. En outre, la chute des prix du glycérol entraîne de plus en plus de faillites chez les entreprises qui le produisent de manière chimique.

Le projet GRAIL, financé par l'UE, visait à intégrer les biotechnologies en place et à en développer de nouvelles afin d'utiliser le glycérol comme aliment compétitif pour le bétail. Ce faisant, le projet augmentera la viabilité économique et le respect de l'environnement de la production de biodiesel.

«L'idée du projet GRAIL est d'utiliser, d'exploiter et de développer plus avant les techniques de pointe en matière de produits d'origine biologique comme le glycérol, et de proposer de nouveaux usages du glycérol brut, pour des produits finis et des solutions de haute valeur», déclare Carles Estévez, coordinateur du projet. «Le projet a donc une solide composante commerciale, son objectif ultime étant l'installation de bioraffineries en relation étroite avec la production de biodiesel.»

De nouveaux usages du glycérol

GRAIL s'appuie sur les connaissances générées par des projets précédents. En effet, ces études et projets précédents, portant sur des usages commercialisables du glycérol 'déchet', ont proposé plusieurs approches, mais fonctionnant indépendamment. Leurs résultats n'ont donc pas été intégrés en un processus capable d'éliminer les principaux obstacles à la valorisation de ce sous-produit. «Le projet GRAIL est né de cette nécessité de créer une méthode reproductible afin d'utiliser des arguments économiques et scientifiques pour surmonter les principaux obstacles scientifiques, techniques et économiques à faire du glycérol un aliment convenant au bétail et capable de générer une gamme de produits d'intérêt économique», souligne M. Estévez.

Le projet GRAIL vise à créer et développer des usages et des produits allant plus loin de ce qui se fait de mieux aujourd'hui à partir du glycérol. Diverses réactions (oxydations, réductions, déshydrations, éthérifications, estérifications, etc.) ont déjà été largement utilisées pour convertir le glycérol vers de nouvelles molécules. Elles sont en cours de remplacement par des réactions biologiques. Le but est de mettre au point un ensemble de techniques évolutives et économiques pour convertir le glycérol résultant de la production de biodiesel en molécules comme du propanediol, des esters de glycérol d'acides gras, des polyhydroxyalkanoates (PHA), de l'hydrogène, de l'éthanol, des revêtements synthétiques, des revêtements en poudre, des résines, du biobutanol ou du tréhalose.

Le projet a conçu une stratégie globale basée sur les trois principaux fondements de la chaîne de valeur globale. Il s'agit de l'évaluation et de la purification du glycérol brut, et de méthodes pour transformer le glycérol brut en d'autres produits à haute valeur ajoutée comme des biocarburants, des produits chimiques 'vert' et des compléments alimentaires.

Le projet étudie également la faisabilité industrielle des produits à base de glycérol, avec une évaluation de son impact économique et sur l'environnement. «Le projet étant achevé, nous visons maintenant à faire passer ses résultats du développement produit au site industriel», explique M. Estévez.

Informations connexes

Mots-clés

GRAIL, glycérol, produits d'origine biologique, biodiesel