Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

Nutri4g — Résultat en bref

Project ID: 775714
Pays: Espagne
Domaine: Santé, Économie numérique

Vous êtes ce que vous mangez – l’analyse génétique et la science alimentaire sont la base d’une alimentation saine

Un projet financé par l’UE utilise des données génétiques individuelles pour recommander une alimentation saine et personnalisée basée sur la preuve scientifique que certains aliments sont liés à des risques de maladies en lien avec l’âge.
Vous êtes ce que vous mangez – l’analyse génétique et la science alimentaire sont la base d’une alimentation saine
Il a été établi qu’un certain nombre de maladies liées à l’âge, aux taux de mortalité élevés, sont dues aux aliments que nous mangeons. Mais les consommateurs étant déjà confrontés à une surcharge d’informations sur ce qui constitue une alimentation saine, des scientifiques financés par l’UE ont développé une plateforme innovante permettant aux nutritionnistes de recommander une meilleure alimentation basée sur des preuves scientifiques fiables.

L’outil Nutrition 3G développé dans le cadre du projet Nutri4g financé par l’UE utilise l’analyse génétique pour évaluer le risque de chacune des maladies liées à l’âge et combine des données connues sur les liens entre ces conditions et certains aliments pour fournir des recommandations diététiques personnalisées.

«Tout repose sur la preuve scientifique que vous pouvez réduire le risque de certaines maladies par l’alimentation», explique Javier Campión Zabalza, directeur scientifique de MG Nutrición 3G en Navarre, en Espagne, l’entreprise qui a développé cette plateforme.

On sait déjà que certains aliments peuvent augmenter le risque de développer des maladies liées à l’âge, comme le sucre (diabète) ou le sel (hypertension). Dans le même temps, certains gènes sont connus pour être régulés par l’alimentation, de sorte que les conseils nutritionnels peuvent jouer un rôle dans l’apparition, l’incidence et la progression des maladies chroniques.

«Nous avons choisi 11 maladies qui peuvent montrer une prédisposition génétique et pour lesquelles nous disposons d’outils pour prévenir les maladies en utilisant la nutrition», explique le Dr Campión. Celles-ci étaient, entre autres, l’obésité, l’ostéoporose, l’hypertension, le diabète de type 2, les accidents vasculaires cérébraux, la thrombose, l’hypercholestérolémie, la dégénérescence maculaire liée à l’âge, l’arthrose ainsi que les calculs rénaux et biliaires.

Tests de risque génétique

L’ADN d’un patient est recueilli à l’aide d’un unique tampon buccal non invasif. «Ensuite, nous utilisons le séquençage de nouvelle génération de différentes variations génétiques associées aux maladies, en utilisant un algorithme que nous avons conçu, afin de créer un dossier de risque pour cet individu», explique le Dr Campión.

La plateforme Nutri4g adapte ensuite les recommandations nutritionnelles appropriées. «Notre algorithme traite le risque de deux ou trois maladies, de sorte que nous pouvons créer une combinaison des directives diététiques afin d’améliorer la prévention», ajoute-t-il. «Les directives diététiques sont complètement individuelles. Par exemple, si vous êtes cœliaque (intolérant au gluten) ou intolérant au lactose, si vous êtes musulman ou d’une autre culture ou si vous ne pouvez pas manger certains aliments, ces informations seront prises en compte dans les recommandations diététiques.»

Le régime de base recommandé est un régime méditerranéen reconnu par les nutritionnistes comme étant sain. Il est ensuite modifié en fonction du profil de risque génétique de l’individu. «Si vous obtenez un risque moyen pour les maladies, ou aucun risque, notre système recommandera le régime méditerranéen.» Néanmoins, le système est suffisamment flexible pour s’adapter à la nouvelle recherche en cours sur les liens entre la nutrition et l’apparition de la maladie, dit-il.

Une base scientifique

À environ 180 euros par rapport, le coût du système est faible, mais le Dr Campión souligne l’importance de la base scientifique de la plateforme, en évitant les modes diététiques entrainées par les médias.

«Les directives diététiques que nous utilisons sont totalement soutenues par des articles scientifiques et l’Organisation mondiale de la santé et nous utilisons des directives cliniques pour la nutrition qui sont complètement soutenues et prescrites par les professionnels», poursuit le Dr Campión.

La plupart des données épidémiologiques utilisées pour concevoir l’algorithme proviennent de grandes bases de données publiques et comprennent des tests cliniques et des publications scientifiques qui fournissent des preuves de nutriments liés à la prévention de maladies spécifiques. Il s’appuie sur la littérature scientifique produite au cours de la dernière décennie et donne la priorité aux études de grandes cohortes de patients.

Actuellement, le système est basé sur les données génétiques des personnes d’origine européenne et hispanique, l’entreprise prévoyant également de commercialiser le système en Amérique latine. Cependant, il cherche également à s’étendre aux groupes ethniques asiatiques et à inclure un plus large éventail de maladies, comme les cancers.

«Il sera également intéressant d’explorer au-delà du risque génétique et d’ajouter des facteurs liés au mode de vie», conclut le Dr Campión.

Mots-clés

Nutri4G, nutrition, régime alimentaire, génétique, ADN, diabète, accident vasculaire cérébral, ostéoporose, arthrite, thrombose, hypertension, obésité, vieillissement en bonne santé