Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

AluSalt — Résultat en bref

Project ID: 674683
Pays: Royaume-Uni
Domaine: Technologies industrielles, Changement climatique et Environnement

Une solution interne de traitement des scories salées transforme les déchets en un produit

Une mini-unité de recyclage des scories salées, dont l’installation est peu coûteuse, a été mise au point pour les usines d’aluminium, et permet de réduire les coûts d’énergie et de transport, ainsi que les émissions de CO2.
Une solution interne de traitement des scories salées transforme les déchets en un produit
Après le fer, l’aluminium est le métal le plus utilisé dans le monde. Pourtant, son processus de recyclage peut générer des scories salées qui constituent un enjeu environnemental de plus en plus grave, car il n’est pas facile de les éliminer. En effet, leur mise en décharge n’est plus autorisée en Europe et au Moyen-Orient. Malgré cela, en raison des coûts d’installation et d’exploitation élevés, il n’existe que neuf installations de recyclage des scories de très grande capacité dans toute l’Europe, qui desservent plus de 270 usines de traitement.

Le projet AluSalt, financé par l’UE, a mis au point une «mini» technologie de recyclage des scories salées qui peut être installée dans les usines d’aluminium. Cette solution entend rendre inutile, à terme, l’expédition d’énormes volumes de scories salées à travers l’Europe vers les grands centres traditionnels centralisés de recyclage des scories salées.

Optimiser la banque de l’aluminium

Une grande partie de l’intérêt de l’aluminium réside précisément dans son caractère recyclable à l’infini. Lorsqu’il atteint sa fin de vie, ce métal peut être recyclé à maintes reprises pour créer de nouveaux produits en aluminium sans subir une forte perte au niveau de sa durabilité ou de sa qualité. Aspect primordial, son recyclage peut être réalisé à un coût jusqu’à 95 % inférieur à celui du procédé de fabrication d’origine. En effet, certains chiffres suggèrent qu’environ 1 milliard de tonnes d’aluminium sont toujours utilisées – ce que l’on appelle parfois la «banque» de l’aluminium.

Les options limitées dont disposent les opérateurs du recyclage de l’aluminium pour recycler les scories salées qu’ils génèrent engendrent une insécurité financière et opérationnelle pour ces usines en raison de l’augmentation des coûts, un facteur qui menace l’industrie dans son ensemble. Par ailleurs, cette situation présente un danger pour l’environnement car, les possibilités locales étant limitées, certaines régions comme la Scandinavie et l’Europe de l’Est se voient obligées d’acheminer des milliers de tonnes de scories salées sur des milliers de kilomètres chaque année.

Expliquant les débuts d’AluSalt, M. Alan Peel, coordinateur du projet, se rappelle: «Lorsque nous avons discuté avec de nombreux clients européens des défis opérationnels auxquels ils étaient confrontés, nombre d’entre eux ont évoqué la gestion de leurs “flux de déchets” de scories salées. Étant donné que notre entreprise a mis au point une technologie pour la gestion de la crasse d’aluminium, un flux de déchets pour les activités de recyclage de l’aluminium, cette piste semblait valoir la peine d’être explorée.»

La solution AluSalt récupère les scories salées d’un four «rotatif» de recyclage de l’aluminium qui fonctionne à une température d’environ 1 000 degrés centigrades, et est considérée comme le moyen le plus efficace pour récupérer de l’aluminium à partir de crasse à l’aide de sels fondus. Le laitier est rapidement refroidi avant de passer par une phase de concassage et de criblage visant à récupérer l’aluminium qu’il renferme (jusqu’à 5-10 % du volume des scories salées). Les scories restantes, qui contiennent des oxydes d’aluminium, des sels et d’autres composés de l’aluminium, sont lessivées avec de l’eau afin d’éliminer le sel et de permettre leur recristallisation. Les oxydes restants peuvent être vendus comme produits adaptés à diverses applications industrielles: acier, ciment, paille de fer, céramique, briques ou matériau réfractaire.

L’équipe du projet a construit un prototype grandeur nature en Europe du Nord dans un centre de recyclage de l’aluminium, démontrant ainsi la modularité de l’approche d’AluSalt. Comme le résume M. Peel: «La solution AluSalt signifie essentiellement que ce qui était auparavant considéré comme un flux de déchets devant être géré dans des conditions strictes peut désormais être transformé en une multitude de produits pouvant être réutilisés en continu d’une manière circulaire, écologique et sûre».

Pour que l’aluminium ne soit plus une menace pour la Terre

L’adoption généralisée de la solution de recyclage de l’aluminium AluSalt aurait pour effet immédiat d’éviter le transport de près de deux millions de tonnes de scories salées à travers l’Europe par route, chemin de fer et bateau. Cette démarche permettrait de réduire l’empreinte carbonique de l’aluminium ainsi que le risque d’autres émissions gazeuses incontrôlées, tout en diminuant les coûts énergétiques globaux.

En outre, le déploiement de cette solution serait synonyme d’une sécurité accrue pour les activités et les employés du secteur, et M. Peel d’ajouter, «Ils pourront s’affranchir du monopole des transformateurs qui récupèrent leurs déchets ou de la législation, qui peut être modifiée à tout moment, afin de mettre un terme au transport de ce matériau. Ce faisant, AluSalt garantit la sécurité des installations de recyclage qui emploient beaucoup de personnel dans la région où elles sont implantées.»

L’équipe du projet a déjà commencé à commercialiser cette technologie, et de nombreuses usines d’aluminium européennes ont manifesté un intérêt à investir dans cette technologie.

Mots-clés

AluSalt, aluminium, recyclage, usines de transformation, scories salées, CO2, pollution, émissions, coûts énergétiques, métaux, dangers, extraction