Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des botanistes formés pour combler le fossé entre les sciences et la politique

À mesure que la politique s’éloigne des sciences, la croissance des populations exerce des pressions sur les ressources mondiales. Un programme de formation des chercheurs a commencé à combler le fossé entre scientifiques et décideurs.
Des botanistes formés pour combler le fossé entre les sciences et la politique
Avec une population mondiale estimée à 9,1 milliards de personnes d’ici 2050, une utilisation non durable des ressources et la dévastation de tous les types d’habitats, l’homme menace l’avenir des ressources mondiales. Il est donc plus important que jamais d’assurer que la politique scientifique s’accorde avec les discours des scientifiques.

Il est urgent de coordonner et de globaliser les décisions et les actions de l’humanité pour en atténuer les conséquences. C’est ce qu’affirme la Dre Melanie Paschke du Centre des sciences végétales de Zurich-Bâle et membre de l’équipe IDP BRIDGES.

«Notre système climatique approche d’un nouvel état. Les pertes de biodiversité mettent en danger les services écosystémiques; les ravageurs se répandent partout dans le monde et menacent notre sécurité alimentaire», explique-t-elle. «La transformation sociale actuelle est liée à une érosion de la légitimité des institutions et des experts, et les scientifiques doivent jouer un nouveau rôle d’intermédiaires entre la science, la politique et la société».

L’initiative IDP BRIDGES, financée par l’UE, visait à permettre aux botanistes de réfléchir à l’interface science-société-politique et à la manière dont est liée à leur recherche au début de leur carrière. Le programme visait à former des botanistes supra-disciplinaires en esprit, multidisciplinaires en compétences et rigoureux dans leur excellence scientifique.

Le projet a été coordonné par l’ETH Zurich (Eidgenoessische Technische Hochschule Zuerich) et a commencé par recruter 14 chercheurs en début de carrière dans un programme innovant de formation à la recherche au niveau de l’interface science-politique et science-innovation. Le programme était composé de partenaires associés basés dans cinq États membres de l’UE et huit pays en développement, exposant les chercheurs à différents environnements et contextes de travail.

IDP BRIDGES a formé les chercheurs en début de carrière à nouer des relations avec les décideurs et à intégrer les données scientifiques dans le processus d’élaboration des politiques. Les chercheurs ont suivi un programme de formation unique qui les a dotés d’un ensemble de compétences destinées à encadrer efficacement les problèmes sociétaux.

Le programme a formé les chercheurs à faciliter le dialogue participatif et à construire et évaluer des options politiques différentes ainsi qu’à les mettre en œuvre. Deux superviseurs basés dans deux organisations différentes ont conjointement encadré chacun des chercheurs en début de carrière; l’un botaniste et l’autre venant d’une organisation politique scientifique.

IDP BRIDGES a déjà conduit à la publication de 18 articles scientifiques évalués par des pairs et d’autres sont attendus. Le programme a également débouché sur un brevet qui a donné naissance à une entreprise lancée récemment (Epibreed AG) et à l’octroi d’une subvention ERC Consolidator pour BUNGEE (Directed crop breeding using jumping genes), qui sera versée pendant cinq ans, jusqu’en 2022.

Le programme de formation a donné lieu à des contributions en matière de politique scientifique, des ateliers pour les intervenants, des recommandations de gestion à l’intention des agriculteurs et des experts et plusieurs événements publics d’information et de dialogue. IDP BRIDGES a tenu des tables rondes publiques, modérées par des boursiers, telles que «Sciences végétales, brevets et sécurité alimentaire» et «Innovation contre réglementation des nouvelles technologies d’élevage».

Un boursier a contribué au groupe de travail du Conseil consultatif scientifique des Académies européennes sur l’édition du génome et un rapport connexe. Un autre boursier a produit une brochure intitulée «Les abeilles et la pollinisation dans les plantations de café», distribuée aux caféiculteurs de Kodagu, en Inde.

Un micro-blog ESR a été créé par l’un des jeunes scientifiques, permettant aux intervenants de recevoir sur leurs téléphones mobiles des informations sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes forestiers. Une fiche d’information sur les mélanges de semences adaptés et la gestion des prairies en période de sécheresse pour les sélectionneurs et les agriculteurs suisses a également été produite dans le cadre de la formation IDP BRIDGES.

Les anciens participants au programme assisteront à des événements professionnels pour la cohorte actuelle de chercheurs en début de carrière en vue de partager leurs expériences sur le travail dans le domaine de la science associé à celui de la politique.

«Les chercheurs de notre réseau ont maintenant été invités par le Centre commun de recherche de la Commission européenne à participer à un partenariat doctoral collaboratif à la frontière entre la science et la politique phytosanitaire et quatre bourses sont actuellement en cours de négociation», explique la Dre Paschke.

La formation à la recherche au sein d’IDP BRIDGES était liée aux défis d’Horizon 2020, notamment la sécurité alimentaire et l’agriculture durable, l’action climatique, l’efficacité des ressources et les matières premières.

Parmi les avantages du programme IDP BRIDGES, citons l’utilisation durable des terres, liée à plusieurs objectifs de développement durable (ODD). Les travaux connexes en cours après la fin du projet porteront sur des ODD tels que l’agriculture durable, l’action climatique, la vie sous-marine, la vie sur terre, les bons emplois et la croissance économique.

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

IDP BRIDGES, botanique, chercheurs en début de carrière, sécurité alimentaire, politique scientifique