Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

CARDI-ACHE — Résultat en bref

Project ID: 655502
Financé au titre de: H2020-EU.1.3.2.
Pays: Royaume-Uni
Domaine: Santé

L’exercice en pleine forme

Le message «Faire de l’exercice, c’est se soigner» a été soutenu par des recherches sur l'impact des cicatrices cardiaques, visibles chez certains athlètes. Le projet a constaté que les «mal-adaptations» cardiaques, typiquement observées chez les athlètes tout au long de leur vie, n'ont probablement qu'une signification clinique mineure.
L’exercice en pleine forme
L'entraînement physique régulier est connu pour améliorer la santé cardiovasculaire et la longévité. À cette fin, l'Organisation mondiale de la santé recommande aux adultes d'effectuer 150 minutes d'activité physique d'intensité modérée par semaine. Des études récentes, cependant, rapportent que les volumes aigus et/ou à vie d'un exercice d'endurance d'intensité vigoureuse peuvent conduire à des mal-adaptations cardiaques. Celles-ci comprennent des concentrations accrues de biomarqueurs, reflétant les dommages causés par les cardiomyocytes, et la présence de tissu cicatriciel dans le cœur d'athlètes présumés en bonne santé.

Une fibrose myocardique a été rapportée chez 12 à 50 % des individus engagés dans un entraînement physique permanent, reflétant une cicatrisation du tissu cardiaque typiquement observée chez les patients atteints de maladies cardiovasculaires (MCV). Ces mal-adaptations cardiaques sont très inattendues et largement inexpliquées chez les individus apparemment en bonne santé.

Parallèlement à la fibrose myocardique, des élévations induites par l'exercice des niveaux de troponine cardiaque (cTn) ont été observées, ce qui reflète généralement des lésions myocardiques et annonce des événements cardiovasculaires et de mortalité futurs.

Pour établir la pertinence clinique de ces facteurs, le projet CARDI-ACHE financé par l'UE a évalué la valeur pronostique de la libération de biomarqueurs cardiaques induite par l'exercice et les conséquences fonctionnelles de la cicatrisation myocardique dans une population sportive. Le projet a également examiné l'association potentielle entre les lésions cardiomyocytaires et les marqueurs du tissu cicatriciel cardiaque.

Le coordinateur du projet, le professeur Keith George, basé à la Liverpool John Moores University (LJMU), au Royaume-Uni, a déclaré: «Ces études sont importantes car l'adoption de l'exercice d'endurance compétitif augmente rapidement en Europe et dans le monde. Cela définit le contexte des médias populaires couvrant fréquemment les effets néfastes potentiels de l'exercice d'endurance d'une manière largement déséquilibrée. Ces faits alternatifs peuvent encourager la population en général à continuer son mode de vie malsain et sédentaire et empêcher l'adoption d'exercice de toute sorte.»

Aller au cœur du problème

Pour effectuer une évaluation complète de la fonction et de la structure morphologique du cœur de l'athlète vétéran, le projet a utilisé l'imagerie de la contrainte (échocardiographie) en combinaison avec des mesures d'IRM cardiaque. CARDI-ACHE a également recueilli des échantillons de sang pour effectuer des analyses de nouveaux biomarqueurs cardiaques (ST-2 soluble et troponine I cardiaque à haute sensibilité).

«Ces méthodes sont à la pointe dans les sciences cardiovasculaires», explique le Dr Thijs Eijsvogels, chercheur principal du projet. Le projet a également favorisé le réseautage utile: «Par exemple, l'IRM cardiaque est l'évaluation de référence pour la morphologie cardiaque et, lors de l'évaluation de la fibrose, nous avons utilisé cette technique grâce à des collaborateurs cliniques proches.» Les autres outils utilisés par CARDI-ACHE, comme l'imagerie de la contrainte, ont représenté des moyens uniques d'évaluer la fonction régionale et globale, et de relier la structure cardiaque aux résultats fonctionnels. «C'est un outil que nous développons activement à la LJMU et maintenant à l'Université Radboud aux Pays-Bas», ajoute-t-il.

La présence d'une cicatrisation myocardique n'a pas affecté la fonction cardiaque globale, bien que des changements régionaux de la fonction aient été observés dans certaines régions de tissu cicatriciel co-localisées. Enfin, les biomarqueurs de la cicatrisation myocardique ont augmenté de façon significative après l'exercice, bien qu'aucune association n'ait été trouvée avec les marqueurs de lésions cardiomyocytaires.

Le professeur George explique les résultats: «Prises ensemble, les mal-adaptations cardiaques typiquement observées chez les athlètes tout au long de leur vie n'ont vraisemblablement qu'une signification clinique mineure. Ces résultats concordent avec les études précédentes qui rapportent une espérance de vie supérieure chez les athlètes par rapport à la population générale et soutiennent le concept que l'exercice soigne.»

Clarifier le message de santé publique

Le constat sur la clarté du message «l'exercice est vital pour une bonne santé» est primordial pour les responsables de la santé publique. Mais le projet a dû surmonter des défis pour parvenir à cette conclusion.

L'approche multidisciplinaire de CARDI-ACHE a été complexe, surtout compte tenu de la durée relativement courte du projet (deux ans). Comme l'explique le Dr Eijsvogels: «Plus précisément, nous avons dû recruter un groupe d'athlètes d'endurance qui ont participé à une étude il y a huit ans et les convaincre de participer à une étude de suivi». L'équipe a également établi une collaboration étroite avec des collègues cliniques, effectuant une évaluation complète du cœur de l'athlète vétéran. Malgré un calendrier serré, CARDI-ACHE a mené à bien toutes les études envisagées.

Le projet CARDI-ACHE a attiré une attention internationale importante, et en juin 2017, le Dr Eijsvogels a reçu le prix du nouveau chercheur de l'American College of Sports Medicine pour son travail de pointe en physiologie cardiovasculaire.

«Notre recherche vise à fournir de nouvelles informations importantes à tous, des individus entreprenant des exercices d'endurance jusqu'aux responsables de la politique de santé publique», explique le professeur George.

La contribution du projet à cet objectif a été reconnue: l'un des articles de CARDI-ACHE a reçu le Best Paper Award 2018 du European Journal of Sport Science.

Mots-clés

CARDI-ACHE, cœur, cardiaque, exercice, cicatrisation, santé, lésions cardiomyocytaires, cicatrisation myocardique, athlètes