Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

HApi — Résultat en bref

Project ID: 773645
Pays: Autriche
Domaine: Alimentation et Ressources naturelles

Un traitement thermique protège les abeilles contre le virus paralysant

L’aide aux populations d’abeilles mellifères en voie de disparition en Europe pourrait être à portée de main alors que des chercheurs autrichiens ont trouvé un moyen de combattre le virus de l’aile déformée en traitant thermiquement les larves dans des cadres de couvain.
Un traitement thermique protège les abeilles contre le virus paralysant
Les populations d’abeilles souffrent partout en Europe, mais des chercheurs autrichiens ont trouvé un moyen efficace et sans le moindre produit chimique de réduire la charge virale dans les colonies d’abeilles mellifères. Des chercheurs du bureau d’études société ECODESIGN ont utilisé le financement du projet HApi pour évaluer dans quelle mesure un produit existant, le Varroa Controller, assure la protection des abeilles contre le virus de l’aile déformée ou DWV.

Les populations d’abeilles gérées semblent diminuer en Europe, bien que les scientifiques ne soient pas toujours d’accord sur la rapidité ou la raison de ce déclin.

Le petit acarien Varroa brun-rouge, qui attaque les larves d’abeilles à l’intérieur de la cellule, est un contributeur majeur. Mais ce parasite sert également de vecteur à une armée croissante de virus, comme le virus DWV, un agent pathogène qui peut rendre les jeunes abeilles infirmes et incapables de voler. La combinaison des deux peut être mortelle pour les colonies d’abeilles mellifères.

«La présence des acariens Varroa est une chose, mais la situation devient vraiment dangereuse car cet acarien est un vecteur très efficace du virus par l’injection directe des particules de virus dans l’hémolymphe de l’abeille à naître», explique Adriana Díaz, coordinatrice du projet HApi et chercheuse à ECODESIGN.

Le traitement consiste à placer jusqu’à 20 cadres contenant le couvain d’abeille coiffé à l’intérieur du Varroa Controller. Celui-ci est ensuite chauffé à une température contrôlée par de l’air chaud et humidifié pendant deux heures. Ils atteignent «une température qui endommage l’acarien Varroa de manière significative», explique Wolfgang Wimmer, directeur général d’ECODESIGN. Il explique que le traitement repose sur le principe que les abeilles tolèrent des températures plus élevées que l’acarien Varroa, un fait découvert par l’universitaire allemand Wolf Engels dans les années 1980.

L’application de l’hyperthermie tue ainsi 97 % des Varroas, selon les tests du Bavarian Bee Institute réalisés en janvier 2017, et si l’équipe HApi n’est pas encore prête à publier les données de son effet sur le DWV, les résultats sont prometteurs.

Développement précoce

Les observations sur le terrain des apiculteurs utilisant le Varroa Controller et les propres tests d’Ecodesign montrent un effet clé secondaire: le traitement thermique semble accélérer le développement du DWV chez les jeunes abeilles à des niveaux cliniques et sous-cliniques viraux significatifs, en plaçant la larve sous une petite quantité de stress. D’autres abeilles détectent ces abeilles infectées et les expulsent de la ruche.

Les avantages à cela sont multiples. L’élimination de cette cohorte malade a non seulement un effet nettoyant immédiat, mais elle est également préventive car elle empêche le transfert du virus aux générations futures. «Habituellement, la première tâche d’un nouveau-né est d’allaiter la génération suivante, auquel cas il transmet le virus par l’alimentation, et ainsi de suite», explique le Dr Díaz.

Dans le cadre de HApi, l’équipe a examiné les exigences réglementaires locales et les brevets pour introduire le Varroa Controller comme moyen de lutte contre le DWV chez les abeilles dans sept pays européens et se prépare pour un lancement commercial.

Elle prévoit de demander un financement pour les PME afin d’évaluer les autres impacts d’un développement précoce du virus sur les ruches et trouver le meilleur moment de l’année pour un traitement thermique combiné, ainsi que quantifier l’effet nettoyant.

L’enjeu est de taille. Des données récentes de la Commission européenne montrent que les apiculteurs autrichiens perdent en moyenne 30 % de leurs ruches par an. «Les chiffres officieux sont beaucoup plus élevés», explique le Dr Díaz, «lors de la première phase HApi, nous avons interrogé des apiculteurs en Slovaquie dont les pertes dépassaient les 50 %.»

Informations connexes

Mots-clés

HApi, apiculture, abeilles mellifères, hyperthermie, traitement thermique, virus de l’aile déformée, Varroa, santé des abeilles