Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

ESPRESSO — Résultat en bref

Project ID: 691720
Financé au titre de: H2020-EU.3.3.1.3.
Pays: Royaume-Uni
Domaine: Énergie, Environnement

Une nouvelle approche des normes et de l’utilisation des données pour des villes plus intelligentes

En Europe, le concept de villes intelligentes suscite un enthousiasme croissant, grâce à sa promesse d’une vie urbaine plus saine et inclusive qui profitera à la société et à l’environnement. Des chercheurs financés par l’UE ont présenté un Cadre d’information sur les villes intelligentes afin de guider les villes et les aider à optimiser le partage et l’accès aux données pour répondre à leurs besoins spécifiques et devenir «plus intelligentes».
Une nouvelle approche des normes et de l’utilisation des données pour des villes plus intelligentes
Pour rendre une ville intelligente, les utilisateurs et les données doivent être connectés dans tous les secteurs et tous les domaines et applications d’importance afin d’améliorer le partage des informations. Toutefois, des lacunes et des doubles emplois dans les normes fournies par les différents organismes de normalisation entravent ou peuvent même faire échouer les efforts d’une ville dans la poursuite de cet objectif. Le projet ESPRESSO (systEmic Standardisation apPRoach to Empower Smart citieS and cOmmunities), financé par l’UE, a été lancé comme une action de coordination et de soutien destinée à fournir des orientations sur la manière de résoudre efficacement ces problèmes.

Le coordinateur du projet, M. Bart De Lathouwer, souligne en particulier: «Le principal objectif consistait à aider les villes (intelligentes) à comprendre la plateforme urbaine et l’utilisation des normes pour parvenir à l’interopérabilité et réduire les silos de données.» ESPRESSO a atteint cet objectif grâce à une architecture de norme et de référence mise au point par l’(Institut allemand de normalisation (DIN)) qui permet d’activer une plateforme urbaine de ville intelligente et qui soutient la vision du Partenariat d’innovation européen pour des villes et communautés intelligentes (PIE VCI). En tant que tel, ses délivrables «comprennent des orientations pour les villes afin de les aider à définir leurs besoins et à comprendre les normes (et les processus de normalisation) disponibles, les éléments et les architectures de la plateforme urbaine, les actions du marché, ainsi que les impacts sociaux et économiques».

Les travaux du projet se sont avant tout intéressés aux besoins des villes. Les partenaires ont pu rassembler des informations pertinentes en mettant en place un réseau des parties prenantes (SmaCStak), en participant au Partenariat d’innovation européen pour des villes et communautés intelligentes et grâce à des entretiens, à des réunions avec les villes et à des évènements liés.

Mécanismes minimaux et points essentiels d’interopérabilité

ESPRESSO a repris les concepts de mécanismes minimaux d’interopérabilité (MMI) d’Open & Agile Smart Cities (OASC) et de points essentiels d’interopérabilité (PEI) de l’Institut national des normes et de la technologie (NIST). «Au lieu d’essayer de créer des spécifications et des architectures complètes qui comprennent tous les aspects envisageables d’une ville, l’approche des MMI fait le contraire: elle détermine l’ensemble minimal de mécanismes d’interopérabilité qui offre aux utilisateurs suffisamment d’éléments pour relier les systèmes entre eux quand ils en ont besoin», explique De Lathouwer.

En outre, disposer de connaissances sur les PEI ainsi dénommés simplifie l’intégration d’une nouvelle composante dans un déploiement existant. La connaissance des concepts courants et des normes des composantes est importante pour parvenir à l’objectif ultime d’interopérabilité, étant donné que l’environnement d’une ville intelligente ne devra pas vendre de solutions de bout en bout, mais plutôt des fragments au fil du temps.

Sensibiliser, accroître le potentiel

Suite aux études initiales et aux travaux réalisés sur les guides, «ESPRESSO a développé une architecture facile à comprendre à trois niveaux, et a formulé des recommandations pour le partage de données (conceptuelles et pratiques)», a ajouté De Lathouwer. Cette architecture à trois niveaux a été testée et éprouvée lors de deux pilotes à Rotterdam (Pays-Bas) et à Tartu (Estonie).

Les travaux réalisés sur les pilotes ont permis de produire deux rapports d’ingénierie (RI) qui comprennent les informations techniques auxquelles les villes peuvent accéder gratuitement depuis le site web de l’Open Geospatial Consortium (OGC) (en attente d’approbation). Ces RI décrivent de manière très détaillée les éléments qui ont été testés et ce qui a fonctionné ou non.

Tous les organismes de normalisation (ON) avec lesquels le projet ESPRESSO s’est engagé ont fourni des informations au projet et ont ensuite intégré ses résultats dans le processus de normalisation. Parmi ces ON, figurent l’OGC, le DIN, l’Institut européen des normes de télécommunications (ETSI) et Building Smart International. Ce travail a entraîné la création du Smart City Domain Working Group au sein de l’OGC et d’une norme DIN (gratuite).

Des villes plus intelligentes à l’horizon

Au-delà des spécificités et des détails techniques, «la réalisation la plus importante du projet a été de sensibiliser sur les normes (pour parvenir à l’interopérabilité et éviter les silos de données)», explique De Lathouwer. «Les villes s’engagent avec des organisations qui fournissent des systèmes leur permettant d’accéder aux informations ou aux données collectées par le système», ajoute-t-il. Les technologies sémantiques ont également été identifiées comme une solution éventuelle pour rendre les données plus faciles à détecter et plus accessibles.

Les travaux du projet se poursuivront. La ville de Rotterdam a entamé un projet intitulé Roadmap Next Economy qui s’appuie sur les travaux et les découvertes d’ESPRESSO. En outre, l’OGC a intégré ces résultats dans le projet Smart Cities Interoperability Reference Architecture (SCIRA) aux États-Unis.

Mots-clés

ESPRESSO, interopérabilité, villes intelligentes, normalisation, plateforme urbaine, MMI, PEI, utilisation des données