Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

Phil-Threats — Résultat en bref

Project ID: 653508
Financé au titre de: H2020-EU.1.3.2.
Pays: Espagne
Domaine: Société

Une nouvelle recherche révèle les mécanismes à l’origine de l’axiome diviser pour régner

La perception d'un ennemi extérieur ou d'une menace peut aider à renforcer la cohésion du groupe - un facteur qui a été exploité par les dirigeants à travers les âges. Un projet de l'UE a étudié ce phénomène pour contribuer à une meilleure compréhension des structures de pouvoir dans les contextes coloniaux et des mécanismes de la communication politique dans son ensemble.
Une nouvelle recherche révèle les mécanismes à l’origine de l’axiome diviser pour régner
Diviser pour régner, un principe aussi vieux que le conflit humain lui-même. Mais comment cela fonctionne-t-il réellement en pratique et quelles sont les implications aujourd’hui? Un projet soutenu par l'UE a examiné le cas des Philippines coloniales espagnoles, en prenant comme sources des chroniques et des rapports des XVIIe et XVIIIe siècles pour avoir une idée plus claire de la façon dont la perception de la menace peut être encouragée et utilisée. Il a jeté un regard sur la racine de ce qui est encore connu comme le «problème de Moro», qui fait référence aux affrontements entre musulmans et chrétiens dans le sud des Philippines.

Comme l'explique l'un des chercheurs du projet Phil-Threats, le Dr Eberhard Crailsheim: «Notre recherche montre comment les représentations de la “menace Moro” ont contribué à la cohésion de la société coloniale aux Philippines et dans l'Empire espagnol dans son ensemble. Nous avons appliqué un large éventail de méthodes pour montrer comment la “création” d'un ennemi a aidé l'élite dirigeante espagnole à Manille à unir les acteurs concernés (clergé, soldats, bureaucrates et indigènes christianisés) et renforcer l'ordre colonial dans cet archipel du Pacifique.»

Le travail réalisé par le projet Phil-Threats a été développé en collaboration entre le Dr Eberhard Crailsheim comme chercheur et la Dr María Dolores Elizalde comme superviseure au Consejo Superior de Investigaciones Científicas de Madrid. Il s'est concentré sur les aspects culturels de l'histoire politique. Ce faisant, le projet a réussi à remettre en question des études plus anciennes sur le pouvoir politique. Il souligne l'importance des «facteurs non contraignants», comme les perceptions et la communication interne, qui doivent être pris en compte.

«Nous nous sommes demandé comment la domination coloniale a été impactée par l'intégration des élites locales et la puissance militaire de l'Espagne, ainsi que par la manière dont la propagande était appliquée», explique le Dr Crailsheim.

L'étude d'un si large éventail de facteurs nécessitait une approche interdisciplinaire, car elle tenait compte des idées de la sociologie et des sciences politiques pour l'analyse historique. «Plus précisément», poursuit le Dr Crailsheim, «les principaux résultats de la sociologie des conflits ainsi que les concepts récents des études de sécurité, en particulier les théories de la titrisation, ont été appliqués. Cela a fait du projet un modèle possible pour d'autres historiens travaillant sur des menaces externes.»

Leur analyse a été publiée dans plusieurs articles et figurera, en particulier, dans deux chapitres de leur livre à paraître intitulé «Les représentations des menaces externes dans l'histoire (Du monde médiéval au XIXe siècle)», qui sera publié plus tard cette année par Brill dans la série d’ouvrages «L’histoire de la guerre».

Comment encadrer une telle diversité de sources

L'approche utilisée par le projet s'est appuyée sur la combinaison d'études internationales récentes dans divers domaines et disciplines. Le cadre théorique s'est principalement développé autour de l'histoire culturelle de la politique, abordant la question de savoir si et/ou comment les actions/communications politiques produisent, modifient, maintiennent ou détruisent certaines structures (culturelles, sociales, politiques).

Comme l'explique le Dr Crailsheim, la notion de «politique du savoir» était particulièrement puissante car elle revendiquait l'autorité d'interpréter des valeurs essentielles. Le gouvernement colonial, et l'Église catholique en particulier, ont eu une forte influence sur la définition de ce qui était considéré comme «bon» ou «normal». Par le biais de cette politique de vérité ou de connaissance, il a également déterminé qui était «bon» et «mauvais», et qui devait ensuite être perçu comme une menace.

Phil-Threats a contribué à une meilleure compréhension des structures de pouvoir dans les contextes coloniaux et des mécanismes de la communication politique dans leur ensemble. La recherche a été menée pour permettre aux chercheurs ultérieurs d'extrapoler les résultats et de faire des comparaisons avec d'autres contextes coloniaux et postcoloniaux.

Informations connexes

Mots-clés

Phil-MENACES, pouvoir, colonialisme, diviser pour régner, Espagne, Philippines, propagande, menace