Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La valeur écosystémique des technologies novatrices dans le domaine de l’eau reconnue à sa juste valeur

L’Europe doit surmonter les problèmes liés à la qualité et à la rareté de l’eau en améliorant l’efficacité de ses ressources et en renforçant la protection de la nature. Une initiative financée par l’UE a élaboré un cadre qui évalue l’impact des solutions techniques ou de gestion des écosystèmes d’eau douce sur les services écosystémiques (SE).
La valeur écosystémique des technologies novatrices dans le domaine de l’eau reconnue à sa juste valeur
Le projet DESSIN a mis au point une méthode permettant de déterminer la valeur des nouvelles approches pour relever les défis liés à la rareté et la qualité de l’eau. La méthodologie DESSIN pour l’évaluation des services écosystémiques permet de recenser et de quantifier les bénéfices que la société humaine tire librement de l’environnement naturel, tels que la fourniture d’eau pour l’irrigation, et comment cette démarche peut être améliorée par de nouvelles technologies ou mesures.

DESSIN a également testé des solutions technologiques spécifiques visant à s’attaquer aux problèmes de rareté et de qualité de l’eau sur cinq sites européens, et a appliqué le cadre d’évaluation des SE pour prouver leurs avantages. Cette double approche montre comment des solutions novatrices dans le cycle de l’eau peuvent accroître la valeur des services fournis par les écosystèmes d’eau douce, tout en aidant les décideurs à prendre des décisions éclairées concernant leur impact sur le plan d’eau et leurs répercussions économiques.

Les partenaires du projet, y compris les scientifiques, les organisations de gestion de l’eau et les utilisateurs finaux, les fournisseurs de technologie et les autorités publiques compétentes ont testé et validé différentes approches innovantes sur cinq sites de démonstration en Europe, et se sont intéressés en particulier aux zones urbaines. «Les solutions pour un secteur de l’eau plus efficace et plus compétitif supposent la mise en place d’unités décentralisées de traitement de l’eau, le contrôle en temps réel des systèmes à grande échelle, l’extraction des eaux usées et le stockage de l’eau douce dans les aquifères», explique le coordinateur du projet, le Dr David Schwesig.

Les travaux menés sur les sites de démonstration d’Emscher en Allemagne et de Hoffselva en Norvège ont contribué à l’amélioration de la qualité de l’eau des SE, conformément à la directive-cadre sur l’eau (DCE). Les initiatives développées sur les sites en Grèce (Athènes), en Espagne (Llobregat) et aux Pays-Bas (Westland) concernaient la gestion de la rareté de l’eau.

Meilleure prise de décision

Le cadre d’évaluation des SE permet de prendre de meilleures décisions grâce à la quantification des changements dans la prestation des services écosystémiques, à l’évaluation des mesures de gestion existantes et novatrices et aux instruments politiques visant à améliorer l’état des écosystèmes d’eau douce. «L’un des principaux avantages du cadre réside dans sa capacité à intégrer les dimensions économique, environnementale et sociétale», explique le Dr Schwesig. «Cette capacité permet d’appliquer une valeur monétaire à l’impact des mesures de gestion de l’eau fondées sur les nouvelles solutions, ce qui permet d’établir une comparaison directe entre les mesures afin de fournir des arguments en faveur de l’adoption par le marché et de la mise en œuvre pratique.»

Un large panel de décideurs du secteur de l’eau qui doivent décider de la technologie ou de l’option de gestion la plus appropriée pour une situation donnée pourront profiter du cadre d’évaluation des SE, y compris les régies de l’eau, les services publics de l’eau, les décideurs et les gestionnaires de l’eau. Le cadre peut également être utilisé par les fournisseurs de nouvelles solutions technologiques pour démontrer les avantages qu’ils peuvent apporter.

Compréhension plus étendue

Les connaissances acquises sur la quantification des changements dans les SE peuvent éclairer les politiques en matière de bioéconomie, de l’application du concept des SE dans la DCE, de la directive-cadre sur la stratégie pour le milieu marin, de conservation de la biodiversité, des solutions fondées sur la nature et des infrastructures vertes. Elles peuvent également contribuer à la conception de nouveaux indicateurs de statut adaptés à l’évaluation du programme de mesures (PoM) de la DCE.

Le cadre SE et les études de cas du projet DESSIN peuvent également être utilisés pour appuyer la mise en œuvre de la stratégie de la biodiversité pour 2020 de la Commission européenne. Plus précisément, le cadre SE peut servir à éclairer le besoin continu d’évaluations ex post des options de gestion pour la restauration des écosystèmes et la protection et conservation de la biodiversité. «Étant donné que le cadre d’évaluation des SE peut également apporter des avantages sur le plan financier, le vocabulaire utilisé est moins technique et facilement compréhensible par le grand public. Cette approche s’avère utile dans les discussions avec les parties prenantes, la consultation publique et les processus participatifs visant à débattre des différentes options à mettre en œuvre», conclut le Dr Schwesig.

Mots-clés

DESSIN, eau, gestion, services écosystémiques, politiques