Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

BIOCURE — Résultat en bref

Project ID: 663509
Pays: Norvège
Domaine: Santé, Recherche fondamentale

Les coquilles d’œuf favorisent la cicatrisation

Une recherche de l’UE a transféré les avantages protecteurs de la membrane des coquilles d’œuf (ESM) pour les poussins aux plaies ouvertes «à cicatrisation difficile».
Les coquilles d’œuf favorisent la cicatrisation
La lenteur fréquente de cicatrisation des plaies est le «cercle vicieux» de nombreuses maladies. L’inflammation chronique, l’excès de protéase, un facteur de risque clé dans la cicatrisation et la dégradation des tissus sont les caractéristiques de cette affection qui peut conduire à un affaiblissement supplémentaire pour le patient, y compris une détérioration de la santé psychologique. Qui plus est, les coûts de soins de santé déjà élevés augmentent au fur et à mesure que la plaie tarde à cicatriser.

De la coquille d’œuf à la cicatrisation avec le financement H2020

Horizon 2020, une subvention d’instruments convoitée destinée aux PME a permis à la société norvégienne Biovotec AS et à son partenaire Fitnesse Medical Ltd, en Irlande, de convertir l’ESM transformé en un nouveau pansement dissolvable qui peut accélérer les taux de cicatrisation et réduire les frais de soin. Comme le souligne le Dr Henri-Pierre Suso, coordinateur de projet et DPT de Biovotec: «Le financement de H2020 a permis à Biovotec de formuler un nouveau dispositif médical, de mettre en place une production à grande échelle pour garantir un prix unitaire et effectuer tous les tests précliniques nécessaires pour commencer les essais cliniques.»

L’ESM: le cerveau matériel derrière la cicatrisation

L’ESM est une alternative peu coûteuse aux pansements dérivés du collagène actuellement utilisés et souvent trop onéreux à l’utilisation. Basé sur un nouveau biomatériau dérivé de l’ESM, il est extrait des déchets de coquilles d’œufs. Protégeant l’œuf et son poussin au cours du développement, l’ESM est une mince couche structurelle riche en protéines qui remplit des fonctions clés similaires dans la cicatrisation de la membrane extracellulaire de la peau.

Le matériau de la membrane provenant des déchets de l’industrie de production d’œufs est purifié, puis réduit en poudre avant d’être incorporé au pansement. Le produit ressemble à un plâtre transparent appliqué directement sur la plaie et recouvert d’un pansement secondaire, de mousses ou de bandages. En tant que tel, il permet une taille flexible.

L’ESM initie le processus de cicatrisation grâce à des propriétés distinctes. Ses propriétés aident à réduire les dommages tissulaires dans un scénario d’inflammation chronique. De plus, il se lie aux métalloprotéases matricielles (MMP) pour réduire leur présence dans la plaie. Les MMP sont un facteur de risque clé dans la cicatrisation lente des plaies. L’ESM favorise surtout la formation de nouveaux tissus conjonctifs et de vaisseaux sanguins microscopiques au cours du processus.

S’applique sur toutes les plaies, quels que soient leurs tailles, leurs formes ou leurs types

Le marché mondial des pansements à l’ESM est gigantesque — environ 3 milliards de dollars US à l’échelle mondiale, un chiffre qui devrait augmenter régulièrement. Actuellement, l’objectif principal de Biovotec, les ulcères veineux de la jambe, affecte 1 % de la population, dont 3 % ont plus de 80 ans. De manière significative, en raison du vieillissement de la population et des principales maladies mondiales comme l’obésité, l’incidence des ulcères veineux de la jambe est susceptible d’augmenter.

Le produit semble convenir à tous les types de plaies, y compris les escarres et les ulcères liés au diabète. Le pansement a été conçu en collaboration avec les principaux médecins européens dans le domaine pour répondre aux exigences rigoureuses causées par les différentes pratiques. L’homogénéité avec tous les types de pansements secondaires, la facilité d’application sur les plaies sèches ou humides et l’adaptabilité à toute forme mobile, comme un coude par découpe, ont toutes été considérées comme des critères primordiaux pour les utilisateurs finaux.

Le coût des plaies non cicatrisées est le problème numéro un et BIOCURE estime que ce problème placera le pansement Biovotec à l’écart de la concurrence. «Réduire le prix par patient sans compromettre le niveau de soins est vital et nous pensons que cette rentabilité placera le dispositif de pansement à l’ESM à l’écart,» souligne le Dr Suso. «Notre objectif est de commercialiser le produit à un prix nettement inférieur à celui de nombreux traitements biologiques disponibles actuellement sur le marché de l’UE.»

Les prochaines étapes

Avec des études précliniques complètes et réussies, BIOCURE vise la finalisation de toutes les études cliniques et la démonstration que le pansement est sûr et efficace. «Nous avons maintenant soumis notre dossier à l’Agence de Régulation des Médicaments et Produits de Santé, qui est une condition préalable pour pouvoir tester cliniquement notre dispositif médical. Cela nous conduira au marquage CE, puis à la commercialisation en 2019», conclut le Dr Suso.

Mots-clés

BIOCURE, plaie, pansement, cicatrisation, Biovotec