Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Accroître le potentiel de l’énergie solaire concentrée

Grâce à la mise en réseaux, aux activités de recherche conjointe et à la facilitation de l’accès transnational aux infrastructures de recherche, le projet SFERA-II, financé par l’UE, a contribué à l’accroissement de la base de connaissances scientifiques et technologiques dans le domaine des systèmes solaires à concentration.
Accroître le potentiel de l’énergie solaire concentrée
L’énergie solaire concentrée (CSP) est une source d’énergie renouvelable extrêmement prometteuse. Bien que son utilisation première soit la production de masse d’électricité, d’autres applications sont en cours de développement, notamment pour la production de combustibles à hydrogène et solaires, le retraitement des eaux usées et la recherche en matière de matériaux avancés. Cependant, pour que ces applications passent de la planche à dessin à des solutions commercialisables, des tests et des recherches additionnels sont nécessaires.

Le projet SFERA-II, financé par l’UE, a entrepris de formaliser des lignes directrices communes pour les tests de performance, d’évaluer les améliorations nécessaires pour parvenir à une distribution à flux ultra-rapides, d’accélérer les tests de vieillissement et d’établir des orientations générales pour la mise en place de nouvelles installations de test dédiées aux matériaux et aux systèmes de stockage d’énergie, tout cela en lien avec les technologies de l’énergie solaire concentrée.

«Grâce à l’intégration coordonnée de forces, d’efforts et de ressources complémentaires, le projet SFERA-II a permis d’accroître la base de connaissances scientifiques et technologiques dans le domaine des systèmes solaires à concentration», déclare la coordinatrice du projet Isabel Oller.

Mise en réseaux, recherche conjointe et facilitation de l’accès transnational

Le projet a organisé ses travaux autours de trois axes principaux: la mise en réseaux, la recherche conjointe et la facilitation de l’accès transnational aux infrastructures de recherche. Par exemple, pour la mise en réseaux, le projet a organisé des formations spécifiques pour les techniciens et les chercheurs industriels. En ce qui concerne le deuxième axe, le projet a créé des groupes de travail mixtes spécifiques chargés d’identifier et de développer des produits et des processus adaptés à l’exploitation commerciale. «L’excellence scientifique et technologique a été renforcée du fait d’une harmonisation envisagée et de l’utilisation effective des infrastructures à grande échelle, ainsi que grâce à la mise en place de groupes de travail virtuels et d’une stratégie de diffusion étendue», déclare Isabel Oller.

Selon elle, c’est le troisième axe de travail qui s’est avéré être le plus exigeant. «Il a été difficile de motiver les industriels à prendre part à des recherches et à des développements expérimentaux menés au sein de nos installations», déclare-t-elle. Pour surmonter cet obstacle, les chercheurs du projet ont collaboré avec des partenaires industriels pour identifier les barrières et mettre en œuvre des solutions qui prennent en compte les besoins commerciaux et industriels.

Des résultats clés

Ces trois actions ont finalement abouti à la création d’un laboratoire européen unifié pour les systèmes solaires à concentration. «La plateforme, facilement accessible, est à la disposition de tous les chercheurs, à la fois universitaires et industriels, et sert de noyau structurel pour la demande croissante dans ce domaine», explique Isabel Oller.

Parmi les autres retombées du projet, il importe de souligner la collaboration renforcée entre le monde universitaire et l’industrie européenne du CSP, l’élaboration de procédures de calibrage communes et l’ouverture de nouvelles installations pour tester et calibrer les capteurs. La standardisation des mesures des différents paramètres et la caractérisation des fluides de transfert de chaleur et des matériaux de stockage de chaleur, ainsi que l’élaboration d’une base de données complète de ces résultats, sont à compter dans les travaux réalisés.

Finalement, SFERA-II a participé de manière fructueuse à la mise en place et à l’amélioration des outils de recherche afin de les adapter aux besoins de la communauté scientifique et technologique spécialisée en CSP. Le projet a également permis de renforcer l’industrie européenne en stimulant le transfert de technologie via le recours à des installations de R&D de niveau mondial. Enfin, SFERA-II a contribué à la prise de conscience des applications possibles du CSP, y compris en matière de création de nouvelles synergies avec d’autres disciplines scientifiques.

Même si ce projet est désormais officiellement terminé, son site Internet reste opérationnel et sert de lieu de documentation à destination des chercheurs, des techniciens et des industriels sur les succès du projet SFERA-II. En s’appuyant sur ces réalisations, les chercheurs du projet sont actuellement en train de mettre au point une proposition pour un projet SFERA-III.

Mots-clés

SFERA-II, énergie solaire concentrée, CSP, énergie renouvelable, systèmes solaires à concentration