Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un nouveau vaccin contre le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate représente l’un des cancers les plus fréquemment diagnostiqués chez les hommes dans le monde. Réveiller le système immunitaire pour lutter contre le cancer et fournir une immunité durable émerge comme une approche prometteuse.
Un nouveau vaccin contre le cancer de la prostate
Le système immunitaire fonctionne non seulement pour protéger l’organisme contre les infections microbiennes, mais aussi pour surveiller et contrôler les néoplasmes malins. Les cellules immunitaires scannent les tissus pour éliminer les nouvelles cellules malignes avant qu’elles ne se transforment en tumeurs complètement formées.

Le système immunitaire a déjà été exploité pour lutter contre le cancer, avec différentes approches d’immunothérapie au fil des ans employant un certain nombre de cytokines, de cellules immunitaires modifiées, d’antigènes ou même de cellules cancéreuses entières comme vaccins. Les scientifiques du projet TLRPROSTATE financé par l’UE souhaitaient générer et évaluer des vaccins synthétiques contre le cancer de la prostate en utilisant une stratégie différente. «Notre idée consistait à stimuler chimiquement des récepteurs de type toll (TLR) et donc de créer une réponse immunitaire», explique le Dr Juan Padrón, coordinateur du projet.

Une nouvelle approche pour stimuler le système immunitaire

Les TLR sont un constituant central du système immunitaire, car ils sont exprimés sur les cellules immunitaires innées et aident à reconnaître les pathogènes intrusifs. En particulier, le TLR4 reconnaît un large éventail de ligands, notamment le lipopolysaccharide (LPS), un composant de la paroi cellulaire des bactéries Gram-négatives, responsable de l’activation des macrophages et de la transduction du signal. Curieusement, des preuves récentes associent des mutations dans le TLR4 avec un risque accru de cancer de la prostate.

«Nous voulions programmer le récepteur TLR4 pour qu’il signale quand il détecte un antigène de la prostate», poursuivent le Dr Padrón et le Dr Pedro Miranda. Dans ce contexte, les scientifiques ont conçu un liant bifonctionnel portant une petite molécule liant un antigène sur les cellules cancéreuses de la prostate d’un côté et un agoniste faible de l’autre. Le raisonnement consistait à tromper les macrophages en leur faisant croire que la cellule cancéreuse de la prostate est une bactérie afin qu’ils la tuent. À cette fin, ils ont conçu le liant pour cibler l’antigène membranaire spécifique de la prostate (PSMA), une protéine qui se trouve surexprimée à la surface des cellules cancéreuses de la prostate.

Pour générer le liant, les chercheurs ont développé avec succès une nouvelle voie de synthèse qui accélère le processus et permet également d’augmenter la réaction. Le processus de synthèse global du vaccin repose sur des techniques de purification simples permettant la production d’un gramme de composé. De plus, des expériences de stabilité in vitro ont été réalisées pour valider l’aptitude du liant à une utilisation in vivo, ainsi que des tests d’efficacité pour confirmer la liaison du liant au PSMA.

L’avenir des vaccins contre le cancer de la prostate

Traditionnellement, le cancer de la prostate est traité pharmacologiquement, mais la majorité des patients connaissent une rechute et succombent à la maladie. Cela souligne clairement le besoin de découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques. La découverte remarquable des PSMA ces dernières années a ouvert de nouvelles voies pour la thérapie du cancer de la prostate.

La molécule TLRPROSTATE correspond au PSMA et peut activer les récepteurs TLR4, induisant une réponse immunitaire. Même si les études d’efficacité in vivo restent en cours, les chercheurs sont optimistes quant au fait que «le vaccin synthétique sera bientôt testé dans des essais cliniques».

Les vaccins anticancéreux reçoivent une grande attention ces dernières années mais les succès cliniques restent timides. Prévenir la récurrence de maladies potentiellement mortelles en stimulant le système de défense immunitaire du corps est une tâche continue. Une meilleure compréhension du fonctionnement du système immunitaire aidera sans aucun doute à trouver un remède contre les différents types de cancer et à sauver des millions de vies tout en réduisant les coûts des soins de santé.

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

TLRPROSTATE, cancer de la prostate, vaccin, récepteur TLR4, PSMA