Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

IECEU — Résultat en bref

Project ID: 653371
Financé au titre de: H2020-EU.3.7.
Pays: Finlande
Domaine: Sécurité

Révolutionner la prévention des conflits et la gestion des crises

L’UE a lancé plus de 34 missions dans plus de 20 pays différents depuis 2013 et a sauvé plus de 41 000 vies rien qu’en Méditerranée depuis 2015. Des améliorations doivent toutefois être apportées à la structure de gestion des crises et de prévention des conflits afin de rationaliser le processus.
Révolutionner la prévention des conflits et la gestion des crises
En vertu du traité de Lisbonne, l’UE a pour but de «promouvoir la paix, ses valeurs et le bien-être de ses peuples» et de «préserver la paix, prévenir les conflits et renforcer la sécurité internationale».

Cependant, les missions de maintien de la paix ne sont pas toujours faciles à mettre en œuvre, car elles s’accompagnent souvent d’un éventail de défis complexes en matière d’organisation et de gestion. Par exemple, un roulement élevé du personnel entraîne souvent la perte d’informations, ce qui peut en affecter l’efficacité globale.

Le projet IECEU, financé par l’UE, recense les domaines problématiques, trouve des exemples de meilleures pratiques puis met au point de nouvelles solutions, comme des programmes de formation et d’éducation améliorés.

«Nous devons améliorer les compétences du personnel œuvrant dans les régions en crise et en conflit par une formation professionnelle, et développer des technologies au service de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC)», a déclaré Kirsi Hyttinen, coordinatrice du projet à l’Université des sciences appliquées de Laurea, en Finlande.

Les missions de gestion de crise et de résolution de conflits ne représentent évidemment pas un lieu de travail typique.

«Le personnel qui sera déployé dans les régions en crise et en conflit sera confronté à des problèmes totalement nouveaux par rapport à [ce à quoi il est confronté] quotidiennement dans son pays d’origine», a déclaré Mme Hyttinen.

L’IECEU a élaboré un outil d’apprentissage en ligne visant à aider les nouveaux effectifs à se préparer à travailler dans ces environnements potentiellement hostiles. Il utilise une série d’animations, de vidéos et de jeux pour éduquer le public sur les activités de la politique de sécurité et de défense commune de l’UE et constitue une ressource indispensable pour ceux qui s’aventurent sur le terrain pour la première fois. Le cours présente huit «études de cas» de divers conflits dans le monde, et expose à l’apprenant le contexte de ces conflits et le rôle des forces de maintien de la paix de l’UE pour les résoudre.

Engagement à l’échelle locale

Les opérateurs déployés dans le cadre de missions de maintien de la paix restent souvent peu de temps à un endroit avant d’être envoyés sur un autre théâtre d’opération. Il arrive qu’ils quittent un site sans avoir eu l’occasion de rencontrer leurs collègues, ce qui entrave la circulation de l’information.

Les chercheurs ont constaté qu’une coopération accrue avec la population locale a permis de résoudre ce problème et d’améliorer l’efficacité globale. Ils ont recommandé d’associer les acteurs locaux dès les premières phases de planification d’une mission.

Les chercheurs ont également trouvé des moyens d’optimiser l’utilisation et l’interopérabilité des ressources dans la gestion des crises et la consolidation de la paix, et ont évalué le potentiel de mise en commun et de partage des technologies de l’UE.

Intégrer les enseignements

Une des constatations des chercheurs est que les missions sont souvent planifiées et exécutées sans tenir compte des enseignements tirés des opérations précédentes. Ils ont recommandé d’intégrer davantage ces connaissances dans les processus de planification des nouvelles missions.

Si la normalisation est jugée essentielle pour assurer la sécurité des civils pendant les missions de maintien de la paix, le projet IECEU a également souligné l’importance de la flexibilité, qui permet de s’adapter à un environnement en évolution rapide, et de la simplicité, nécessaire pour faire face à des conditions basiques et un faible niveau de ressources. La normalisation des opérations de gestion de crise de l’UE, des systèmes de formation et d’exercices, des capacités, des équipements et des plateformes de soutien favoriseraient ces processus.

D’après Mme Hyttinen, ce type de recherches est capital pour assurer la protection continue des citoyens de l’UE et, dans une plus large mesure, de la population mondiale. «Le renforcement des capacités de l’UE en matière de sécurité extérieure et de prévention des conflits profite à l’UE, à ses citoyens et à l’ensemble de la société mondiale en vue de l’établissement d’un monde plus sûr», a-t-elle déclaré.

D’après l’IECEU, les compétences non techniques constituent la pierre angulaire du succès des missions civiles menées dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune de l’UE. Les outils d’éducation et de formation constitueront une ressource indispensable tant pour les civils que pour le personnel militaire. Bien sûr, la mise en œuvre des autres recommandations de l’IECEU ne se fera pas du jour au lendemain, mais les perspectives d’une approche renouvelée et améliorée de la gestion des crises et de la résolution des conflits de l’UE semblent prometteuses.

Mots-clés

IECEU, prévention des conflits, consolidation de la paix, sécurité, défense, gestion des crises, résolution des conflits, politiques de l’UE, PSDC