Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

ACINO — Résultat en bref

Project ID: 645127
Financé au titre de: H2020-EU.2.1.1.3.
Pays: Italie
Domaine: Économie numérique

Distribuer les capacités du réseau en fonction des besoins des services concernés

Les applications Internet ne cessent de repousser les limites des ressources réseaux, mais accroître les ressources devient de plus en plus onéreux. Des logiciels de contrôle qui fourniraient de manière dynamique aux applications exactement les ressources dont elles ont besoin est une des solutions possibles.
Distribuer les capacités du réseau en fonction des besoins des services concernés
Internet fonctionne comme un système postal. Bien que l’utilisateur soit concerné uniquement par l’envoi et la réception, plus d’un système caché permet le transport en masse et la remise des millions d’éléments qui circulent. Les systèmes postaux comme les boîtes aux lettres, les camions de collecte, les centres de tri/distribution et les véhicules de haute capacité sont analogues à certaines couches des réseaux internet.

Les réseaux en fibre optique actuels incluent également plusieurs couches. Une couche de préparation agrège de multiples flux de données de petite taille à des flux plus importants qui peuvent être transportés efficacement par une couche optique sous-jacente de haute capacité. L’interaction de la couche optique avec les autres couches permet au réseau de gérer la bande passante.

Cependant, ce processus de préparation traite toutes les applications de la même manière. Ce qui a pour conséquence une cartographie peu précise des besoins des applications puisque le processus ne prend actuellement en compte que la bande passante. Ainsi, certaines applications peuvent ne pas être en mesure de répondre à leur fonction de manière appropriée, parce que leur trafic passe par des chemins présentant une latence supérieure à celle qu’elles peuvent tolérer (ou des chemins plus susceptibles de présenter des erreurs, moins sécurisés, etc.). Par conséquent, l’allocation des ressources aux applications est en général non optimisée.

Des réseaux plus efficaces

Au lieu de chercher à accélérer l’ensemble du système, ce qui à chaque amélioration devient plus difficile et plus onéreux, ce sont les réseaux qui doivent devenir plus intelligents. Plutôt que d’accroître l’ensemble des ressources réseaux, en fournissant aux applications exactement ce dont elles ont besoin, il sera possible d’obtenir les mêmes résultats, mais de manière plus économique et plus efficace.

Les futurs systèmes (par ex. la 5G) devront nécessairement appliquer cette méthode pour contrôler les paramètres de service de manière très rigoureuse. Le projet ACINO, financé par l’UE, a évalué pour la première fois la possibilité d’orchestrer un réseau de façon dynamique. Ensuite, l’équipe a mis au point un système adapté qui cible de manière dynamique les inefficacités classiques dans les structure en couches des réseaux. Le nouveau logiciel repose sur des interfaces et des contrôleurs existants et en source ouverte.

«Fondamentalement, nous avons développé un cadre logiciel qui permet un contrôle dynamique multicouches,» explique le Dr. Domenico Siracusa, responsable de l’unité de recherche ACINO. Le projet a mis au point des algorithmes qui contrôlent en continu les besoins en ressources réseaux des applications. En parallèle, le système détermine automatiquement à la volée l’allocation de ressource optimale et comment l’obtenir de la manière la plus efficace. Le contrôleur fournit à chaque application réseau un service sur mesure pour chaque couche du réseau de transport.

Le résultat est décrit comme un contrôle sensible au service. Les gains d’efficacité qui en découlent sont liés au fait que chaque application réseau reçoit les ressources appropriées pour le service concerné et pas plus.

Gains de performance

Les tests ont permis de mener à bien la première démonstration jamais réalisée d’automatisation en fonction du service sur les réseaux de transport de télécommunication. La performance du logiciel de gestion en fonction des applications de ACINO a substantiellement dépassé celle des systèmes de contrôle classiques. Pour parvenir au même niveau de performance avec les réseaux classiques il faudrait, dans certains cas, doubler les coûts. Par ailleurs, pour un coût donné, le logiciel ACINO fournit une performance supérieure aux technologies actuelles.

Les conséquences pratiques du projet seront des réseaux mieux adaptés à la gestion d’applications commerciales à bande passante moyenne à large. Ce qui implique des services plus efficaces et moins chers. En outre, les opérateurs de réseaux seront en mesure de transférer de manière plus efficiente et plus sécurisée de grandes quantités de données générées par les applications, et ce, de manière automatique. «Nos travaux impliquent une plus grande capacité à proposer des services à valeur ajoutée aux clients,» ajoute le Dr. Siracusa. Le recours limité à l’intervention humaine permet en outre d’économiser plus de temps et de coûts.

Plusieurs entreprises opérant sur le marché européen mettent en avant les travaux du projet. Une des PME partenaires de ACINO offre déjà des services reposant sur les résultats de recherche du projet. En outre, un fabricant de produits optiques, y compris des nœuds de réseau, a démontré que le contrôleur multicouches de ACINO pouvait contrôler ses produits.

L’héritage de ACINO sera donc de permettre des gains de performance des réseaux à des coûts inférieurs et une croissance de la rentabilité pour les entreprises européennes.

Mots-clés

ACINO, gestion en fonction des services, contrôle du réseau, couche réseau, orchestration dynamique du réseau, contrôleur multicouches