Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

EMYNOS — Résultat en bref

Project ID: 653762
Financé au titre de: H2020-EU.3.7.
Pays: Allemagne
Domaine: Sécurité

Aider les citoyens à contacter les services d’urgence plus rapidement et plus efficacement

La plupart des citoyens européens disposent, au bout des doigts, de services qui permettent un contact instantané, comme Facebook, Skype et Twitter. Paradoxalement, de nombreux services d’urgence, qui sont ceux qui ont le plus besoin de pouvoir accéder à un large éventail de services de communication sur Internet, continuent de s’appuyer sur des technologies de télécommunication dépassées. Et c’est cette lacune que le projet EMYNOS a cherché à combler.
Aider les citoyens à contacter les services d’urgence plus rapidement et plus efficacement
Le cadre d’EMYNOS permet aux utilisateurs d’utiliser du texte, de l’audio et de la vidéo et de passer des appels d’urgence sur une panoplie d’appareils tels que PC, téléviseurs, appareils mobiles, AAC et les dispositifs haptiques. Le Dr Yacine Rebahi, chercheur principal, explique: «Le soutien partiel des médias et le manque d’intégration des médias sociaux constituent certaines des limites auxquelles nous sommes confrontés à l’heure actuelle. Seuls les appels vocaux et, dans une moindre mesure, les SMS sont acceptés. Il n’existe aucune fonction avancée, comme la localisation précise de l’appelant, par exemple. L’utilisation d’un modem analogique fournit des services eCall avec des données limitées. Ce ne sont là que quelques-uns des inconvénients auxquels nous nous sommes attaqués.»

EMYNOS a mis au point une plateforme qui permet de passer des appels d’urgence en utilisant non seulement la voix, mais aussi un contenu multimédia riche. Cela signifie que quelqu’un pourrait passer un appel vidéo ou envoyer un SMS, et recevoir une réponse instantanée.

Le projet a également pris en compte toute une série d’autres fonctions, telles que l’identification des appels d’urgence, la configuration de la localisation de l’appelant, le routage/réacheminement vers le centre d’appels d’urgence le plus approprié ou le plus proche, la visualisation des informations de localisation, la transmission des données des capteurs et la protection contre les faux appels.

Texte en temps réel – une réponse immédiate

L’un des outils sur lequel le projet s’est concentré était la communication textuelle en temps réel (RTT), où le message est affiché au destinataire, caractère par caractère. «Normalement,» explique le Dr Rebahi, «on écrit un message et on l’envoie. Cependant, en situation d’urgence, lorsque chaque seconde compte, il est préférable que le centre d’appels puisse voir chaque caractère au moment précis de la frappe, au lieu d’attendre que tout le texte soit envoyé.» Le RTT constitue également la solution dans le cas où la communication orale n’est pas possible ou adéquate, par exemple si l’appelant est une personne malentendante ou souffrant de troubles de la parole.

Une identification claire de l’emplacement

EMYNOS souligne également que, outre la vitesse de transmission du message, la localisation de l’appelant constitue, elle aussi, un paramètre crucial. Si un smartphone est utilisé à l’extérieur, la position de l’appelant sera transmise par GPS. À l’intérieur d’un bâtiment en revanche, le système peut tomber en panne. C’est pourquoi EMYNOS a cherché à développer sur une solution WiFi capable de suivre les appelants lorsque les signaux GPS ne fonctionnent plus.

Un large pan de la population peut en bénéficier

L’élargissement des moyens par lesquels une personne peut entrer en contact rapidement avec les services d’urgence peut s’avérer précieux vu le nombre croissant de personnes vieillissantes en Europe. «Les personnes âgées, ou les personnes atteintes de maladies chroniques, pourraient particulièrement tirer avantage des systèmes d’urgence de prochaine génération. Si certaines d’entre elles utilisent des dispositifs de surveillance médicale. Dans ce cas, les capteurs pourraient fournir aux services d’urgence des informations sur leur état de santé,» explique le Dr Rebahi.

Il donne l’exemple d’une personne âgée vivant de façon autonome chez elle et dont l’état de santé est surveillé par des capteurs. Si cette personne fait une chute, un appel d’urgence vers le centre le plus proche sera lancé automatiquement. Les services d’urgence seront en mesure de voir les signes vitaux de cette personne et n’auront pas besoin de prendre contact avec elle avant d’envoyer l’équipe médicale la plus appropriée.

Les personnes handicapées en bénéficieraient également. «La plupart des systèmes d’urgence actuels proposent des alternatives aux appels vocaux. Celles-ci se limitent toutefois essentiellement à l’assistance aux personnes souffrant de troubles auditifs et du langage. Jusqu’à présent, ces solutions ne permettaient pas d’assurer l’accès aux appels d’urgence pour les utilisateurs souffrant d’autres handicaps,» poursuit le Dr Rebahi.

Cette lacune est particulièrement problématique lorsqu’il s’agit de personnes qui ne communiquent pas verbalement ou qui, en raison de leur handicap physique, ne sont pas capables d’utiliser un ordinateur ou un téléphone portable. Sont également concernées les personnes souffrant d’une déficience visuelle.

De nombreuses personnes souffrant de handicaps utilisent également des appareils ou des applications de haute technologie d’assistance pour améliorer leur quotidien. Certains de ces produits peuvent être configurés pour passer des appels d’urgence ou envoyer des messages d’urgence. C’est pour ces raisons que le projet a développé l’API EMYNOS pour la technologie d’assistance.

Ces différents groupes de personnes ont besoin de solutions personnalisées pour surmonter leur handicap. Comme l’explique le Dr Rebahi, «Exploiter la puissance des plateformes de communication Internet existantes pour aider les services de secours et les citoyens est une étape logique qui vient d’être renforcée par le travail d’EMYNOS.»

Mots-clés

EMYNOS, NG112, services d’urgence, ESInet, localisation, eCall, médias sociaux, SIP, IMS, personnes handicapées, AAL