Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

NUTBIO-DIAB — Résultat en bref

Project ID: 701708
Financé au titre de: H2020-EU.1.3.2.
Pays: Royaume-Uni
Domaine: Santé, Recherche fondamentale, Technologie de l'information et de la communication

Les biomarqueurs nutritionnels et la possibilité de prévenir le diabète

Le diabète de type 2 (DT2) est un problème médical grave qui est en hausse, d’où la nécessité urgente d’identifier des facteurs susceptibles de prévenir l’apparition de la maladie. Des chercheurs européens ont utilisé des biomarqueurs nutritionnels pour étudier plus précisément l’association entre les facteurs alimentaires et le risque de DT2.
Les biomarqueurs nutritionnels et la possibilité de prévenir le diabète
Les facteurs diététiques jouent un rôle crucial dans les troubles métaboliques comme le DT2. Cependant, les erreurs dans l’évaluation alimentaire autodéclarée limitent souvent la science. Des résultats incohérents ou peu fiables posent un défi majeur dans l’identification des composants alimentaires qui peuvent réduire ou promouvoir le risque de maladie. La mesure des biomarqueurs nutritionnels offre une approche plus précise et objective pour évaluer l’état nutritionnel, ce qui peut compléter l’information provenant des données autodéclarées.

Mesure, contrôle qualité, distribution et liens avec le DT2

L’utilisation de biomarqueurs nutritionnels offre de nouvelles perspectives pour faire avancer la recherche alimentaire. Les scientifiques du projet NUTBIO-DIAB, financé par l’UE, ont utilisé les données de l’une des plus grandes études mondiales sur l’incidence du DT2, le projet InterAct financé par le FP6. L’étude EPIC-InterAct comprenait un échantillon de cohortes de plus de 12 000 nouveaux cas de DT2 et une sous-cohorte représentative d’environ 16 000 personnes dans huit pays européens.

«Le but de NUTBIO-DIAB était d’étudier l’association entre les biomarqueurs nutritionnels sélectionnés et le DT2 dans différentes populations européennes, améliorant notre compréhension de la relation entre le régime alimentaire et le DT2», explique la coordinatrice du projet, Nita Forouhi. Pour ce faire, le Dr Jusheng Zheng, postdoctorant financé par la bourse Marie Sklodowska-Curie Individual Fellowship, a collaboré avec des scientifiques pour mener des analyses sur les concentrations sanguines de vitamine C, de six caroténoïdes et de métabolites 25-hydroxyvitamine D dans l’étude EPIC-InterAct.

L’utilisation de procédures de contrôle de qualité rigoureuses pour les données brutes que les chercheurs ont établies était essentielle pour la précision en termes de reproductibilité et de fiabilité. Ils ont examiné la distribution géographique et les déterminants démographiques, sociaux, de style de vie et alimentaires des niveaux de vitamine C, de caroténoïdes et de biomarqueurs de vitamine D et ont étudié le lien entre ces biomarqueurs et le risque de développer le diabète dans les populations européennes. Grâce à des études d’association à l’échelle du génome, ils ont également examiné les variantes génétiques affectant les niveaux de ces biomarqueurs.

Favoriser la prévention du diabète

Les analyses NUTBIO-DIAB clarifient la distribution et les déterminants des biomarqueurs sélectionnés des apports alimentaires et de l’état nutritionnel au sein des populations européennes inclus dans l’étude EPIC-InterAct. Elles améliorent la compréhension de la relation entre les facteurs diététiques et le risque de diabète, en particulier pour la consommation de fruits et légumes,en mesurant les niveaux sanguins de vitamine C et de caroténoïdes, et pour la vitamine D, en mesurant les niveaux sanguins de plusieurs métabolites de la vitamine D. L’impact potentiel sur la population peut être estimé à l’avenir pour modéliser le nombre de nouveaux cas de DT2 pouvant être évités en respectant le statut optimal de ces facteurs alimentaires.

Le diabète est sans aucun doute l’un des plus grands problèmes de santé publique au monde et affecte des millions de personnes. Les changements dans le régime alimentaire et le style de vie sont primordiaux pour la prévention et la prise en charge du diabète de type 2, mais des directives basées sur des données probantes sont nécessaires. Les résultats du projet NUTBIO-DIAB, ainsi que d’autres futurs résultats de recherche de l’étude EPIC-InterAct et des efforts plus larges aideront à formuler de futures recommandations alimentaires.

Le professeur Forouhi est sûr que «la poursuite des résultats des analyses des biomarqueurs nutritionnels contribuera à faire progresser la compréhension du lien et de la causalité entre les facteurs alimentaires et le T2D nouvellement apparu». Les informations sur les interactions entre les gènes et l’alimentation pourraient également permettre d’établir des plans nutritionnels stratifiés ou personnalisés. Bien qu’il soit encore trop tôt pour appliquer ces résultats à des stratégies diagnostiques ou thérapeutiques, grâce au développement de cette science et à un travail d’équipe continu,cela fait partie de la vision de l’avenir.

Mots-clés

NUTBIO-DIAB, diabète de type 2 (DT2), biomarqueurs nutritionnels, vitamine C, caroténoïdes, vitamine D